En ce moment
 
 

Explosions au Liban - Les blessés continuent d'affluer dans les hôpitaux: "Un balcon s'est écrasé sur ma voiture"

 
Beyrouth
 

Trois jours après le drame qui a frappé Beyrouth, la capitale libanaise tente de panser ses plaies. Notre journaliste Michael Menten présent sur place s'est rendu dans l'un des grands hôpitaux de la ville. L'hôpital Belle vue a lui aussi fait face à l'arrivée de centaines de blessés. Il est toujours complet à l'heure actuelle. Les chirurgies sont toujours en cours et n'ont jamais véritablement arrêté depuis les deux explosions mardi soir. Certains interventions sont parfois retardées par manque de matériel.

Entourée de l'horreur

RTL Info a également rencontré des victimes du drame de Beyrouth. Georgette, 24 ans, raconte qu'elle se trouvait dans sa voiture au moment de la catastrophe : "J'ai entendu la deuxième explosion et en une fraction de seconde un balcon est venu s'écraser sur ma voiture". Elle a pu s'en sortir par miracle, "grâce à dieu", nous dit-elle. Mais aujourd'hui, impossible de fermer l'œil de la nuit. Non pas à cause de ses multiples blessures mais parce qu'en attendant pendant 5 heures les secours, elle était "entourée de l'horreur".

Des scènes auxquelles la plupart des médecins ont aussi été confrontés. Elie Chelala en fait partie. Ce chirurgien belgo-libanais à l'hôpital Belle vue témoigne de la situation toujours désespérée actuellement au Liban : "On a eu des personnes décédées par manque d'ustensiles, d'oxygène, de respirateur, de matériel. Ça nous a marqué. Le fait que cette explosion ait lieu d'une telle ampleur nous a mis en défaut pour faire face à toute cette population qui était dans le besoin d'aide et qu'on n'a pas pu sauver. Des vies humaines qui sont parties en l'espace de fractions de seconde. c'est bouleversant, traumatisant", s'émeut ce médecin.

 




 

Vos commentaires