En ce moment
 
 

F1: de la chance et un record pour Hamilton en Grande-Bretagne !

Dame fortune avait choisi son camp: Lewis Hamilton, aidé par une voiture de sécurité "au timing parfait", a remporté une sixième victoire record au Grand Prix de Grande-Bretagne, 10e course très animée du Championnat du monde de F1, dimanche à Silverstone.

Ce succès permet au Britannique de devenir le pilote le plus récompensé dans son pays, devant l'Écossais Jim Clark et le Français Alain Prost, avec leurs cinq trophées chacun.

"Etre parmi ces grands est l'une des choses les plus cool", s'est-il réjoui. "Aujourd'hui est une des meilleures journées dont je me souvienne. Cela me rappelle ma première victoire ici en 2008. L'excitation et la joie sont exactement les mêmes."

Surtout, Hamilton porte de 31 à 39 unités son avance au classement des pilotes sur son équipier finlandais Valtteri Bottas, malchanceux deuxième du GP.

"Pour autant que je me souvienne, c'est ma saison la plus solide à ce jour – en tout cas dans les dix premières courses", estime-t-il.

Le Britannique a en effet remporté sept GP et son équipe Mercedes neuf, ainsi que sept doublés désormais. Chez les constructeurs, Mercedes a un avantage abyssal de 164 points sur Ferrari, et 216 points sur Red Bull !

- Vettel dans le dur -

Pour la Scuderia, le Monégasque Charles Leclerc complète le podium, devant le Français Pierre Gasly, qui sort enfin la tête de l'eau en réalisant son "meilleur week-end" depuis son arrivée chez Red Bull en début de saison.

"On a changé beaucoup de choses et je suis très satisfait d'avoir vu un gros progrès dès la première séance d'essais", se félicite le pilote de 23 ans.

L'équipier néerlandais de ce dernier, Max Verstappen, n'est que cinquième, accroché par Sebastian Vettel au 37e tour alors qu'ils se battaient pour la troisième place.

L'Allemand, contraint de repasser aux stands et pénalisé de 10 secondes, est lui 16e et avant-dernier.

Depuis l'erreur commise en piste au Canada début juin, qui a conduit les commissaires à le déposséder de la victoire au profit d'Hamilton, le quadruple champion du monde est l'ombre de lui-même. Cela fait trois fois que son équipier le surclasse en qualifications puis en course !

Au championnat, Verstappen conforte tout de même sa troisième place à 87 longueurs d'Hamilton, 13 devant Vettel, quatrième, et 16 devant Leclerc, cinquième.

"Je ne suis pas en colère, juste déçu, a réagi le Néerlandais de Red Bull. C'était une course à la dure et Seb ne l'a pas fait exprès. Il s'est excusé dès que je suis descendu de voiture, ce que je respecte. Je pense que nous avons fait le spectacle aujourd'hui et prouvé que ce sport est loin d'être ennuyeux."

- Duels palpitants -

Bien que gagné sur un fait de course, la neutralisation qui a suivi un tête-à-queue de l'Italien Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo Racing), ce GP a livré nombre de duels palpitants.

Entre Bottas et Hamilton d'abord, dans les premiers tours. Le Finlandais, parti en pole aux côtés du Britannique, est parvenu à conserver sa position de départ jusqu'à son arrêt aux stands, pour changer de pneus, dans le 16e tour.

Ressorti derrière le quintuple champion du monde, il s'est ensuite retrouvé "bloqué" en deuxième position, Hamilton ayant pu s'arrêter sous régime de voiture de sécurité six tours plus tard, conservant ainsi sa position de leader. Après, Bottas n'a plus été en mesure de l'inquiéter.

Entre Leclerc et Verstappen ensuite, culminant aux 14e et 24e tours. Plus agressif qu'en Autriche fin juin, le Monégasque a tiré les leçons de la bataille pour la victoire perdue face au Néerlandais lors du précédent GP.

"Ca m'a ouvert les yeux sur jusqu'où nous pouvons aller et ce qui est accepté, a-t-il expliqué. Je ne m'étais jamais autant amusé en F1 (...) Toujours à la limite, mais je crois toujours dans les règles."

L'Espagnol Carlos Sainz Jr (McLaren), l'Australien Daniel Ricciardo (Renault), le Finlandais Kimi Räikkönen (Alfa Romeo Racing), le Russe Daniil Kvyat (Toro Rosso) et l'Allemand Nico Hülkenberg (Renault) complètent le top 10.

Le deuxième Français, Romain Grosjean (Haas), a abandonné précocement à la suite d'un accrochage avec son équipier danois Kevin Magnussen.

Après Hamilton ce week-end, au tour de Vettel d'évoluer à domicile lors du prochain Grand Prix en Allemagne le 28 juillet.

Vos commentaires