En ce moment
 

F1: Ferrari vise un triomphe à domicile

Huit ans que Ferrari n'a plus triomphé devant les tifosi à Monza, mais la Scuderia a de bonnes chances de mettre fin à cette disette lors du Grand Prix d'Italie dimanche, 14e manche d'une saison qui l'a vue redevenir la première force en Formule 1.

Les chiffres ne disent pas tout. Si le Britannique Lewis Hamilton et son écurie Mercedes dominent les classements des pilotes et des constructeurs avec respectivement 17 et 15 points d'avance, la monoplace italienne est manifestement la plus performante.

Le GP de Belgique l'a démontré la semaine dernière: si la pluie, sous laquelle il excelle, a permis à Hamilton de s'adjuger la pole position, son rival allemand Sebastian Vettel a pris le meilleur dès le départ sur le sec et n'a jamais été menacé par la suite.

Ferrari "a l'avantage en terme de puissance", a reconnu le patron des Flèches d'argent, Toto Wolff, à l'issue de la course, avant de pointer les "nombreux déficits" de sa voiture.

A Monza, "temple de la vitesse" avec ses longues lignes droites, la Scuderia bénéficiera à plein de cet avantage de puissance, qui était l'apanage de Mercedes depuis le passage à la motorisation hybride en 2014.

"Vu leur niveau de performance en ligne droite, nous pourrions avoir du mal à les égaler", a d'ailleurs reconnu en Belgique Hamilton, qui n'était pas présent sur le paddock italien jeudi pour rencontrer les médias en raison d'un "engagement personnel inévitable".

Et "porter les bonnes couleurs" -le rouge de la Scuderia- à Monza donne un supplément d'âme, assure Vettel: "En tant que pilote, je ne pense pas qu'il y a mieux". "Nous recevons le soutien de nos hommes et de leurs familles, mais surtout celui de tous les fans de Ferrari", explique-t-il.

"Mes derniers podiums ici avec les bonnes couleurs étaient plutôt incroyables, se souvient-il. Une victoire ici (avec la Scuderia), c'est quelque chose que je veux vraiment."

- Objectif 5 -

En chasse derrière Hamilton pour être le premier à décrocher un cinquième titre mondial, l'Allemand a dans son viseur une sixième victoire cette saison, qui serait la première à domicile pour son écurie depuis le succès de l'Espagnol Fernando Alonso en 2010.

Bon point tout de même pour son adversaire britannique, qui n'est qu'à une victoire du record de l'Allemand Michael Schumacher en Italie (5), la météo prévoit de nouveau des orages en fin de semaine dans la région de Monza.

Les coéquipiers des deux favoris, les Finlandais Kimi Räikkönen et Valtteri Bottas, doivent eux impérativement se montrer plus incisifs.

Le premier pour justifier sa prolongation attendue sous peu chez les Rouges, malgré la concurrence du jeune prodige monégasque Charles Leclerc (Sauber). Le second pour retarder le moment où son équipe lui demandera de se mettre au service du leader du Championnat.

Troisième force du plateau, Red Bull, peu à son avantage sur les tracés rapides, n'attend pas de miracle. Faute de pouvoir jouer la gagne, l'écurie autrichienne testera vendredi avec Daniel Ricciardo une nouvelle spécification de son moteur Renault afin d'être au point au moment de retrouver des circuits plus favorables (Singapour, Japon).

Peu verni avec trois abandons lors des six dernières courses, l'Australien encourt donc une nouvelle pénalité sur la grille de départ dimanche, si lui et son équipe décident de conserver cette nouvelle unité de puissance pour la suite du week-end.

L'Allemand Nico Hülkenberg (Renault) est lui d'ores et déjà pénalisé de dix places pour avoir percuté la McLaren d'Alonso qui s'est envolée par dessus la monoplace de Leclerc au premier virage du Grand Prix de Belgique.

Vos commentaires