En ce moment
 

F1: la hiérarchie est "moins claire" en 2019 qu'en 2018 (Grosjean)

F1: la hiérarchie est
Le pilote de F1 Romain Grosjean lors de la présentation de l'équipe Haas pour le GP d'Australie, à Melbourne, le 13 mars 2019William WEST

"Je ne dirais pas qu'on est dans le flou total mais (la hiérarchie) est moins claire que ça ne l'était l'an dernier", estime le Français Romain Grosjean (Haas) à trois jours du premier Grand Prix de la saison de F1 en Australie.

"Donc, ça va être intéressant de voir (ce qu'il en est) samedi" en qualifications, estime-t-il, à l'instar du champion du monde en titre, le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), ou encore du Monégasque Charles Leclerc (Ferrari).

"Après, je pense qu'il va falloir attendre après Barcelone (théâtre du 5e GP, ndlr) pour avoir une vraie idée de l'ordre, parce que les quatre premiers (Australie, Bahreïn, Chine et Azerbaïdjan, ndlr) sont assez spéciaux et qu'à Barcelone on va tous amener de grosses évolutions", relativise Grosjean.

Il n'écarte donc pas la possibilité de "prendre des points" aux mastodontes Ferrari, Mercedes et Red Bull lors de ces premières courses "car il peut se passer pas mal de choses. La fiabilité n'est pas toujours au rendez-vous."

Sur un plan personnel, "c'est toujours excitant d'être ici (à Melbourne, ndlr), dit-il. Les sensations étaient bonnes dans la voiture à Barcelone (lors des essais hivernaux, ndlr). Maintenant, à voir ce que ça donne sur des circuits un peu différents. Ici, j'ai toujours beaucoup aimé rouler, donc on va voir demain (vendredi, en essais libres, ndlr) comment la voiture évolue."

Après un début de saison 2018 compliqué, marqué par une série d'erreurs de pilotage, le Franco-Suisse s'est bien repris pour terminer à la 14e place chez les pilotes avec 37 points.

Son GP d'Australie, comme celui de son équipier danois Kevin Magnussen, s'était terminé sur un abandon, leur équipe ayant mal fixé l'une de leurs roues lors de leurs passages aux stands.

Depuis, "il y a eu pas mal d'entraînement, a assuré le pilote de l'écurie américaine Haas. L'équipe a beaucoup plus d'expérience qu'elle n'en avait l'an dernier. C'était la première fois qu'on était 4e et 5e dans une course, il y avait la pression sur les épaules de tout le monde."

"Là, on a une année de plus d'expérience, on a été dans des très belles positions en 2018, donc l'équipe est plus préparée à ça, affirme-t-il. Je dirais qu'on est capable de boxer dans une ligue un peu supérieure."

Vos commentaires