En ce moment
 
 

F1: le novice japonais Yuki Tsunoda (Alpha Tauri) à l'attaque toute

F1: le novice japonais Yuki Tsunoda (Alpha Tauri) à l'attaque toute
Yuki Tsunoda lors de la première séance d'essais du Grand Prix d'Abou Dhabi, le 11 décembre 2020HAMAD I MOHAMMED
 
 

Le pilote japonais Yuki Tsunoda, qui courra la saison 2021 chez AlphaTauri, a prévenu lundi qu'il n'avait pas l'intention de renier son style offensif lors de ses débuts en Formule 1 avec sa nouvelle écurie, où il remplacera le Russe Daniil Kvyat.

A 20 ans, Tsunoda sera le premier Japonais à courir en F1 depuis Kamui Kobayashi en 2014. Il sera associé chez AlphaTauri au Français Pierre Gasly.

Nommé samedi "rookie de l'année" par la Fédération internationale automobile (FIA) après sa troisième place dans le championnat de Formule 2 où il débutait pour l'écurie britannique Carlin, le jeune pilote espère faire une aussi bonne impression en F1.

"Mon point fort, c'est ma façon d'attaquer, je suis sûr que les gens, quand ils me verront piloter, seront impressionnés par mon style offensif", a expliqué Tsunoda lors d'une conférence de presse en ligne.

En F2 la saison dernière, il a remporté deux courses, fini sept fois sur le podium et obtenu quatre pole positions.

"Je débute, donc lors de première partie de la saison, je voudrais lâcher les chevaux pour aller aussi vite que possible, même si je dois faire des erreurs", a affirmé le natif de Kanagawa, dans le Grand Tokyo, qui fait partie de la filière de jeunes de Red Bull et du programme des jeunes pilotes de Honda.

"Mon équipier (Pierre Gasly, ndlr) est très expérimenté et j'ai envie d'apprendre au maximum de lui tout en poussant le plus loin possible mon potentiel", a ajouté Tsunoda.

"Puis, dans la seconde partie de la saison, je mettrais en place tout ce que j'ai appris pour m'améliorer à chaque course", a ajouté le petit pilote (1,59 m), qui va devoir travailler physiquement pour maîtriser les F1, beaucoup plus puissantes que les F2.

"En Formule 2, par exemple, je ne faisais pas vraiment attention à mon cou quand je freinais mais quand je suis passé en F1, et que j'ai expérimenté la puissance de la voiture, mon cou l'a vraiment senti passer!", a-t-il confié.

En F1, les pilotes doivent supporter des pressions latérales particulièrement fortes au niveau du cou.

"À la fin de la journée, si je ne reposais pas ma tête contre l'appui-tête, je ne pouvais même pas le soulever. Je vais devoir renforcer les muscles de mon cou pour pouvoir espérer concourir au mieux la saison prochaine", a-t-il conclu.




 

Vos commentaires