En ce moment
 

Face à la guerre commerciale, Pékin va soutenir l'économie

Face à la guerre commerciale, Pékin va soutenir l'économie
A l'instigation de Donald Trump, les produits chinois se heurtent depuis le début du mois à des droits de douane punitifs aux Etats-Unis, à hauteur de 34 milliards de dollars d'importations annuellesNicolas ASFOURI
Chine

Le gouvernement chinois va prendre des mesures de soutien à l'économie afin de contrecarrer l'impact de la guerre commerciale sino-américaine sur la croissance.

Confronté à "des incertitudes extérieures", le gouvernement chinois s'est réuni lundi autour du Premier ministre Li Keqiang pour adopter une série de mesures fiscales et financières destinées à soutenir la demande intérieure.

A l'instigation du président Donald Trump, les produits chinois se heurtent depuis le début du mois à des droits de douane punitifs aux Etats-Unis, à hauteur de 34 milliards de dollars d'importations annuelles.

Pékin a répliqué avec des mesures du même montant, mais Donald Trump a menacé vendredi de frapper à terme la totalité des importations en provenance de Chine. Le gouvernement chinois a reconnu la semaine dernière que cette guerre commerciale risquait de peser sur la croissance du pays.

Afin de soutenir l'économie, Pékin va ainsi suivre "une politique fiscale plus active", autorisant un plus grand nombre d'entreprises à déduire de leurs impôts leurs dépenses de recherche et développement, selon un communiqué diffusé lundi soir par le gouvernement.

Le régime communiste va en outre accélérer son rythme d'émission "d'obligations spéciales" en faveur des projets d'infrastructures des collectivités locales, d'un montant total de 1.350 milliards de yuans pour cette année.

Et le gouvernement doit intensifier ses efforts pour attribuer une enveloppe de prêts de 140 milliards de yuans (17 milliards d'euros) à 150.000 petites entreprises chaque année.

Quant à l'investissement privé, il sera encouragé dans des secteurs tels que les transports, les télécommunications, le pétrole et le gaz.

Pour autant, le pouvoir averti qu'il se refuse à "un déluge" de mesures de stimulation, comme il l'avait fait après la crise financière mondiale de 2008. Ces mesures se sont en effet traduites par une flambée de l'endettement, or Pékin cherche désormais à combattre les risques financiers.

"La politique monétaire prudente ne sera ni trop rigoureuse ni trop accommodante", avertit le gouvernement, alors que la banque centrale a déjà réduit à trois reprises les ratios de réserves obligatoires des banques cette année.

Ces mesures ont été bien accueillies sur les places boursières, qui ont cédé beaucoup de terrain ces dernières semaines sur fond d'hostilités commerciales: Shanghai gagnait 1,37% en fin de matinée et Shenzhen 1,35%.

Le yuan, qui a perdu de son côté 8% depuis avril, restait en petite forme à 6,81 pour un dollar, à ses plus bas niveaux depuis plus d'un an.

Vos commentaires