En ce moment
 
 

Facebook démantèle une opération de désinformation russe en Afrique

Facebook démantèle une opération de désinformation russe en Afrique
Le logo de Facebook LOIC VENANCE

Facebook a démantelé une opération de désinformation dans plusieurs pays d'Afrique --notamment la Centrafrique, la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo et le Cameroun-- menée à partir de la Russie par le réseau d'un proche de Vladimir Poutine, qui révèle de nouvelles stratégies pour échapper à la détection.

Les comptes, pages et groupes concernés, présents sur Facebook mais aussi sur Instagram, étaient liés "à des entités associées" à un proche du président russe, Evguéni Prigojine, déjà accusé d'avoir animé la campagne anti-Clinton et pro-Trump aux Etats-Unis en 2016 depuis l'Agence de recherche sur l'internet (Internet Research Agency) basée à Saint-Pétersbourg.

Selon les enquêtes de nombreux médias russes et occidentaux, Evguéni Prigojine finance le groupe Wagner, une entreprise de sécurité qui déploie des mercenaires à travers l'Afrique et dont le nom a été évoqué notamment dans le meurtre de trois journalistes russes en Centrafrique. L'homme d'affaires a nié à plusieurs reprises tout lien avec Wagner.

L'annonce de la suppression de ces comptes liés au pouvoir à Moscou vient quelques jours seulement après un sommet Russie-Afrique organisé à Sotchi, qui a confirmé les ambitions grandissantes de Vladimir Poutine dans un continent où Chinois et Occidentaux courtisent les dirigeants de longue date.

Outre la Côte d'Ivoire, la RDC, la Centrafrique ou le Cameroun, Madagascar, le Mozambique, le Soudan et la Libye étaient également visés par les opérations russes, a précisé le réseau social, qui a agi après avoir été alerté par le média américain Daily Beast et le Cyber Policy Center de l'université californienne de Stanford.

Au total, Facebook a éliminé 35 comptes sur son réseau, 53 pages, sept groupes et cinq comptes Instagram.

Cette opération "semble s'être appuyée sur des sous-traitants de langue maternelle du pays concerné et/ou originaires de la région. Une méthode de dissimulation qui rend plus difficile de savoir d'où viennent ces campagnes de désinformation", souligne le Cyber Policy Center.

Les contenus, qui étaient adaptés à chaque pays, se concentraient sur des informations internationales et locales, y compris des thèmes comme la politique de Moscou sur le continent africain, mais aussi les élections à Madagascar et au Mozambique ou encore des critiques de la politique des Etats-Unis et de la France dans la région, a précisé Facebook.

Les opérateurs ne se sont pas contentés d'utiliser Facebook ou Instagram. Ils étaient aussi actifs sur Twitter, dans des groupes sur WhatsApp (messagerie appartenant aussi à Facebook), et sur Telegram (messagerie cryptée).

Le Cyber Policy Center mène l'enquête pour voir si ces campagnes se sont aussi déroulées sur des réseaux plus discrets.

- Sur mesure -

Outre le véhicule, la forme prise par ces campagnes d'influence était taillée sur mesure pour qu'elles soient les plus populaires possible, y compris par le biais de vidéos live sur Facebook, d'enquêtes d'opinion par le biais de Google Forms et même un concours.

Quelque 475.000 comptes suivaient un ou plusieurs des comptes et pages supprimés. Environ 450 personnes étaient membres d'un ou de plusieurs des groupes et environ 650 suivaient un ou plusieurs des comptes Instagram incriminés.

En Centrafrique, un réseau de pages Facebook opérées de Madagascar saluait la présence russe dans le pays que ce soit en termes d'aide militaire ou d'événements culturels, sur un ton laissant entendre que cette présence était soutenue par une large partie de la population locale.

En Libye, le soutien allait à deux personnalités: le maréchal Khalifa Haftar et l'un des fils de Mouammar Khadafi.

A Madagascar, les pages Facebook ont été créées depuis 2018 mais sont devenues actives seulement après l'entrée en fonction du nouveau président Andry Rajoelina en février 2019 pour apporter leur soutien au gouvernement. Un soutien au pouvoir en place que l'on retrouve au Soudan.

Au Mozambique, l'opération colle aussi au calendrier électoral et critique l'opposition alors qu'en RDC, le ton des publications n'était pas clairement aligné avec la stratégie publique de Moscou, note le centre de Stanford.

Les opérateurs ont aussi dépensé 77.000 dollars en publicités sur Facebook (payées en dollar), entre avril 2018 et octobre 2019.

Vos commentaires