En ce moment
 
 

Feux de forêt: la tension monte entre la Malaisie et l'Indonésie

Feux de forêt: la tension monte entre la Malaisie et l'Indonésie

(Belga) La Malaisie a accentué mercredi la pression sur l'Indonésie où de vastes feux de forêt sur les îles de Sumatra et Bornéo ont provoqué des nuages de fumées affectant plusieurs pays d'Asie du Sud-Est.

Le ministre malaisien de l'Environnement Yeo Bee Yin a fait part de ses inquiétudes sur l'impact des fumées toxiques et offert de l'aide à Jakarta pour combattre les feux au cours d'une réunion avec des responsables indonésiens mardi, selon un communiqué. De vastes zones de forêt défrichées sont en flammes sur l'île de Sumatra en Indonésie et celle de Bornéo, partagée entre l'Indonésie, la Malaisie et Brunei, mobilisant des milliers de pompiers, après des feux souvent déclenchés pour nettoyer des terrains déboisés avant une exploitation agricole, un phénomène aussi observé au Brésil. Un responsable de l'Etat malaisien de Sarawak, situé sur l'île de Bornéo, a réclamé que l'Indonésie fournisse des masques et des équipements médicaux à ses voisins de Malaisie qui sont affectés par la pollution. "S'ils ne souffrent pas économiquement" de la situation, "ils ne prendront pas nos plaintes au sérieux", a souligné le chef adjoint de l'exécutif de Sarawak, cité par le site d'informations Malay Mail mercredi. "Le gouvernement indonésien doit assumer la pleine responsabilité de la fumée au Sarawak", a-t-il ajouté. Dans la capitale malaisienne Kuala Lumpur, la qualité de l'air a empiré, atteignant des niveaux néfastes pour la santé, tandis que quelque 400 écoles sont restées fermées dans la région malaisienne de Bornéo. Malgré ces pressions, le ministère de l'Environnement et l'agence météorologique indonésiennes ont maintenu mercredi que les fumées étaient surtout provoquées par des feux en Malaisie. Ils ont souligné que les "points chauds", les zones de forte chaleurs détectés par satellites qui indiquent les probables départs de feu, avaient fortement augmenté en Malaisie, dans des communiqués. Mais selon les chiffres du centre météorologique de l'Asean, cités comme référence par les autorités malaisiennes, il y avait mardi 861 "points chauds" sur le territoire indonésien et seulement sept sur le territoire malaisien. Jakarta a déployé des milliers de personnes supplémentaires pour combattre les incendies ces derniers mois, souhaitant éviter la situation de 2015 où les pires incendies en deux décennies avaient étouffé la région dans un nuage de fumée géant et provoqué une crise grave diplomatique avec les pays voisins. (Belga)

Vos commentaires