En ce moment
 

Gaza: deux Palestiniens tués par des tirs israéliens, efforts pour une trêve durable

Gaza: deux Palestiniens tués par des tirs israéliens, efforts pour une trêve durable
Des secouristes palestiniens portent une personne blessée lors des manifestations à Gaza, le long de la barrière séparnt ce territoire palestinien d'Israël, le 17 août 2018MAHMUD HAMS
ISRAEL

Deux Palestiniens ont été tués vendredi par des tirs de soldats israéliens dans la bande de Gaza lors de manifestations et de heurts le long de la frontière avec Israël, en plein effort diplomatique pour instaurer un cessez-le-feu durable.

Malgré ces heurts, Khalil al-Hayya, l'adjoint du chef du Hamas à Gaza, a affirmé vendredi qu'une trêve durable avec Israël était proche d'être conclue. "A mon avis, oui, nous sommes proches d'un accord", a-t-il affirmé à l'AFP.

Il a estimé que les "pourparlers entre les factions (armées à Gaza), l'Egypte et l'ONU sont un grand pas en avant" pour arriver à un cessez-le-feu durable.

La journée de vendredi avait valeur de test sur la solidité de la trêve observée depuis une semaine par l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens après des mois de tensions dans et autour de l'enclave.

La mobilisation est restée moindre que certains vendredis qui avaient réuni jusqu'à des dizaines de milliers de personnes, mais deux Palestiniens ont été tués.

Karim Abou Fatayer, 30 ans, a été mortellement atteint par des tirs israéliens non loin du camp de réfugiés d'Al-Boureij, a dit le ministère gazaoui de la Santé. Sadi Mouammar, 26 ans, a lui succombé à un tir dans la tête à l'est de Rafah, a-t-il ajouté.

Soixante-dix personnes ont été blessées par balles et environ 200 autres par d'autres moyens, notamment des gaz lacrymogènes, a précisé le ministère.

- Ouverture de Rafah -

Mais ces violences ne semblent pas de nature à remettre en cause la trêve en vigueur au moment où l'ONU et l'Egypte travaillent à un cessez-le-feu prolongé entre Israël d'une part et le mouvement islamiste Hamas, qui dirige Gaza, et ses alliés de l'autre.

La bande de Gaza, territoire enclavé entre Israël, l'Egypte et Méditerranée, est soumise à un blocus par les Israéliens. La frontière avec l'Egypte est aussi la plupart du temps fermée.

Elle est le théâtre depuis le 30 mars de manifestations de Gazaouis le long de la frontière israélienne. Les hostilités ont augmenté ces derniers temps entre forces militaires, l'armée israélienne ripostant par de frappes aux tirs de roquettes et d'obus de mortier du Hamas et de ses alliés.

Rien qu'en juillet-août, la bande de Gaza a connu trois accès de violences de ce type.

Prenant acte de cette accalmie et de la diminution des cerfs-volants incendiaires envoyés de Gaza qui ont mis le feu à des milliers d'hectares, Israël a rouvert mercredi un point de passage vital pour les marchandises vers l'enclave. Ce point de passage avait été fermé à divers degrés depuis le 9 juillet.

Au moins 171 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars. Pour la première fois depuis 2014, un soldat israélien a été tué, le 20 juillet.

L'Egypte a par ailleurs annoncé que le point de passage de Rafah sera exceptionnellement ouvert dimanche 19 août en prévision de la fête du sacrifice pour les musulmans.

Vos commentaires