En ce moment
 
 

Gérald Darmanin au Panama pour discuter de l'évasion fiscale

Gérald Darmanin au Panama pour discuter de l'évasion fiscale
Le ministre français de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, accompagné par l'ambassadeur de France au Panama, Brice Roquefeuil, lors d'une cérémonie devant le monument dédié aux FrançaisLuis ACOSTA

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin est en visite lundi au Panama en vue d'améliorer la coopération sur la transparence financière avec ce pays, considéré par Paris comme un paradis fiscal, a annoncé le ministre.

"Pour la France et l'Union européenne, la transparence financière internationale est une exigence fondamentale", a souligné M. Darmanin sur Twitter.

Les échanges de M. Darmanin avec des membres du gouvernement panaméen et des représentants des autorités judiciaires et fiscales "porteront principalement sur l'amélioration de la coopération entre la France et le Panama en matière fiscale", selon un communiqué du ministère français.

"L'objectif du gouvernement français est de trouver des solutions pour lutter efficacement contre la fraude et l'évasion fiscales, qui nuisent à nos économies", ajoute le communiqué.

La France avait retiré en 2012 le Panama de sa liste des paradis fiscaux après la signature d'un accord avec les autorités panaméennes, mais l'a remis sur sa liste noire après le scandale des Panama Papers en 2016.

La France et le Panama ont des accords de non double imposition, mais la France n'est pas satisfaite de l'échange d'informations fiscales avec ce pays.

Le Panama a adopté ces dernières années des réformes de son système financier pour le mettre en conformité avec les normes internationales. Il procède ainsi depuis 2017 à des échanges d'information financière selon les normes de l'OCDE.

Ces réformes lui ont permis de sortir de la liste des paradis fiscaux de l'Union européene et de l'OCDE. Cependant, le Groupe international d'action financière (Gafi) l'a rétabli dans sa liste grise des pays qui ne collaborent pas suffisamment contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Vos commentaires