Gironde: information judiciaire contre un jeune motard après le décès d'un gendarme

Gironde: information judiciaire contre un jeune motard après le décès d'un gendarme
Une information judiciaire pour homicide volontaire a été ouverte contre l'adolescent qui a renversé et tué un gendarme en Gironde CHARLY TRIBALLEAU

Une information judiciaire pour homicide volontaire a été ouverte mardi contre un adolescent qui roulait dimanche sur une moto de cross trafiquée et a reconnu avoir foncé sur un gendarme, mort le lendemain de ses blessures, a annoncé le parquet de Bordeaux.

"Une information judiciaire criminelle est ouverte ce jour contre lui du chef d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique, refus d'obtempérer et refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger du deuxième militaire de la gendarmerie présent", selon le procureur adjoint Gérard Aldigé. Le parquet a demandé sa mise en détention.

Le jeune homme, âgé de 15 ans, pilotait une moto de cross dimanche quand il a percuté vers 16h30 un gendarme de la brigade de Belin-Beliet, lors d'un contrôle de vitesse sur un chemin départemental à Salles, au sud de Bordeaux.

Propriétaire de cette moto depuis décembre 2017, il "a reconnu avoir vu le gendarme lui demander de s'arrêter pour le contrôler, ne pas avoir obtempéré ni tenté de l'éviter. Il a par ailleurs admis avoir acquis ce cyclomoteur en sachant que sa cylindrée avait été augmentée à environ 88 cm3. Son véhicule n'était pas homologué pour circuler sur la voie publique", a précisé M. Aldige dans un communiqué.

Selon les témoignages de la victime et d'un automobiliste, il "circulait à une vitesse excessive".

Grièvement blessé, le gendarme, âgé de 46 ans et père de trois enfants, est mort lundi soir des suites de ses blessures. Le mineur, hospitalisé pour une fracture du poignet, a ensuite été placé en garde à vue pour .

Sans casier judiciaire, il devait comparaître prochainement devant un juge des enfants dans le cadre d'une affaire de dégradations et de violation de domicile.

En 2017, huit militaires de la gendarmerie sont morts dans l'exercice de leurs missions, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur.

Vos commentaires