En ce moment
 

GP de Belgique: Hamilton maître de la pluie, Force India renaît en 2e ligne

Lewis Hamilton, qui a une nouvelle fois démontré sa maestria sur piste mouillée pour conquérir samedi à Spa la 78e pole de sa carrière, partira juste devant son rival pour le titre, Sebastian Vettel, et les Force India renaissantes, dimanche au GP de Belgique.

Auteur d'une pole sous la pluie en Hongrie il y a un mois, le Britannique de Mercedes, qui compte 24 points d'avance au classement, a bénéficié de l'arrivée tardive des précipitations avant la dernière partie des qualifications pour devancer l'Allemand de Ferrari de 7/10.

"La pluie est une amie à moi", a plaisanté à demi l'ancien de McLaren en conférence de presse.

Les circonstances l'ont servi car la Scuderia semblait légèrement plus rapide sur le sec, mais il a su en profiter en attaquant au maximum avec ses pneus intermédiaires, sur une piste qui s'est rapidement asséchée.

"C'était l'une des séances de qualification les plus difficiles dont je me souvienne", a-t-il assuré.

Cette 5e pole record acquise en Belgique le place devant le Brésilien Ayrton Senna et l'Argentin Juan-Manuel Fangio, excusez du peu.

"C'était très chaotique, un entre-deux entre une piste mouillée et sèche", a déploré Vettel, victime d'un problème de batterie dans sa dernière tentative mais qui se dit néanmoins confiant.

Mercedes et Ferrari, avec des versions améliorées de leurs moteurs, semblent d'ailleurs plus que jamais au coude à coude, et la course promet d'être très ouverte.

- Compliments pour Ocon -

D'autant que les lieutenants des deux hommes, les Finlandais Kimi Räikkönen et Valtteri Bottas ne les suivent pas sur la grille.

Räikkönen, auteur de la dernière pole-position de la Scuderia en Belgique il y a onze ans, partira seulement de la 6e place, et Bottas de la 19e position, pénalisé pour changement de moteur.

Les Red Bull du Néerlandais Max Verstappen et de l'Australien Daniel Ricciardo ont obtenu de décevantes 7e et 8e places, au désespoir des dizaines de milliers de fans hollandais présents.

A l'inverse, Force India, renommée Racing Point Force India et autorisée à courir seulement jeudi soir, ne pouvait pas prendre un nouveau départ plus éclatant.

Le Français Esteban Ocon et le Mexicain Sergio Pérez ont superbement bataillé pour accéder à la deuxième ligne.

Avec sa 3e place, Ocon égale sa meilleure performance en qualifications, obtenue également sous la pluie au GP d'Italie 2017.

"C'est génial d'être en 3e position après les moments difficiles vécus par l'équipe", a souligné le pilote de 21 ans, radieux.

Cette belle performance lui a valu les éloges de Hamilton et Vettel.

"Je suis très heureux d'entendre cela de la part de ces deux grands champions", a souri le natif d'Evreux, qui a bien besoin de se faire remonter le moral.

- Problème de taille -

Couvé par Mercedes, son avenir en F1 est pourtant menacé par la possible arrivée à court terme dans son baquet du Canadien Lance Stroll (Williams).

Le père milliardaire de ce dernier est un des nouveaux propriétaires de l'écurie basée à Silverstone.

"Le meilleur pilote devrait être dans la voiture, on ne devrait pas laisser quelqu'un de plus riche à la place", a assuré Hamilton, qui souhaite que les patrons de la F1 se penchent sur ce sujet de plus en plus brûlant.

"Je veux courir l'an prochain, je suis sûr que Mercedes va prendre les bonnes décisions pour moi et que cela va s'arranger", a indiqué Ocon, annoncé chez McLaren.

Deux éléments pourraient retarder son arrivée au sein de l'écurie de Woking à place du Belge Stoffel Vandoorne, totalement à la dérive depuis les essais de vendredi.

Le manager de Vandoorne fait de la résistance pour faire respecter son contrat et réclame un gros dédommagement.

Et Ocon, plus grand pilote du plateau, a apparemment du mal à installer son mètre 86 dans le châssis de la McLaren 2018, même si un moulage de son siège a déjà été réalisé il y a quelques mois.

Les Haas du Français Romain Grosjean, 5e, et de son équipier danois Kevin Magnussen, 9e, ont également tiré parti de l'averse de samedi.

En revanche, Renault, qui s'attendait à vivre un week-end compliqué, ne s'est pas trompé: l'Espagnol Carlos Sainz Jr et l'Allemand Nico Hülkenberg, pénalisé comme Bottas, seront 14e et 20e sur la grille.

Troisième pilote tricolore du plateau, Pierre Gasly (Toro Rosso) s'élancera en 10e place mais le manque de puissance de son moteur Honda sera un handicap dans les longues lignes droites du tracé ardennais.

Vos commentaires