GP de Belgique: Räikkönen en tête, calvaire pour Vandoorne

GP de Belgique: Räikkönen en tête, calvaire pour  Vandoorne
Kimi Räikkönen domine les essais libres du GP de Belgique le 24 août 2018EMMANUEL DUNAND

Kimi Räikkönen (Ferrari) a dominé vendredi les essais libres du GP de Belgique au terme d'une journée sans relief sur la piste, où Stoffel Vandoorne (McLaren), dont la place ne tient plus qu'à un fil, a vécu un calvaire.

Avec un temps de 1 min 43 secondes 355/1000, le vétéran du plateau a devancé de 168/1000 le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), leader du Championnat du monde, et le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) de 448/1000.

Bottas, comme l'Allemand Nico Hülkenberg, partira du fond de la grille dimanche, pour un changement de moteur au delà de la limite autorisée.

Le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) et l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) suivent, devant l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull).

De timides averses ont fait un court passage dans la matinée et l'apparition de la pluie demeure une possibilité lors des qualifications samedi.

Une bonne partie des nuages noirs flottant chez Force India s'est évaporée vendredi, ou plutôt chez Racing Point Force India, nouveau nom à rallonge de l'écurie, qui sera encore modifié la saison prochaine.

Les membres de l'équipe étaient suspendus jeudi à l'acceptation par la FIA de l'inscription à mi-saison de la nouvelle structure, obtenue en début de soirée, ce qui a grandement détendu l'ambiance.

Autre bonne nouvelle: le nouveau Team Principal, Otmar Sfaznauer, a assuré que les neuf autres équipes de F1 avaient accepté que les gains dus au titre des précédentes saisons seraient bien versés.

- La fille du patron -

L'écurie basée à Silverstone a toutefois abandonné les points gagnés au classement des constructeurs 2018 et repart de zéro, ce qui se traduira tout de même par un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions d'euros.

"A court terme, nous gardons nos deux pilotes", le Mexicain Sergio Pérez et le Français Esteban Ocon, a affirmé Sfaznauer, même si "un changement n'est pas impossible".

Car le rachat par un consortium mené par Lawrence Stroll, milliardaire canadien, a notamment pour but d'offrir une meilleure voiture à son fils Lance Stroll, pensionnaire de Williams.

Avec une arrivée du pilote de 19 ans prévue au plus tard à Singapour dans trois semaines, Mercedes tente activement de placer Ocon, son poulain, chez McLaren, au pire des cas en début de saison prochaine.

L'occupant actuel du siège convoité par le Français Ocon, le Belge Stoffel Vandoorne, est en couple avec la fille du directeur de compétition chez McLaren, Gil de Ferran, ce qui rend d'autant plus délicat son renvoi avant la fin de son contrat.

Le Belge, 16e du classement avec huit petits points, tente de conserver bonne figure face aux nombreuses questions des médias sur son avenir.

Il n'a malheureusement pas produit d'étincelles lors des essais libres, signant le 20e et dernier temps dans chacune des deux sessions.

- Alonso s'écharpe avec Red Bull -

Victime de problèmes techniques divers, il a même été devancé dans la première par l'espoir britannique Lando Norris, qui conduisait pour l'occasion la McLaren de Fernando Alonso.

Ce dernier a poursuivi vendredi la polémique l'opposant depuis la veille à Red Bull.

L'Espagnol a assuré jeudi que l'équipe de Milton Keynes lui avait proposé fin mai puis début août le volant de Ricciardo, qui a fini par créer la surprise le 3 août dernier en acceptant la proposition de Renault.

Le Team Principal de Red Bull, Christian Horner avait indiqué il y a deux semaines qu'engager Alonso ne serait "pas la chose la plus saine" pour son équipe du fait de sa réputation de briseur d'équipe.

Et il a opposé un démenti ferme jeudi après-midi aux allégations du Galicien.

"Il n'y a jamais eu d'offre", a réitéré Horner vendredi en conférence de presse, assurant que la promotion du Français Pierre Gasly, issu de la filière Red Bull, avait été un choix logique.

Christian Horner, époux de la Spice Girl Geri Haliwell, a néanmoins révélé que Flavio Briatore, ancien patron d'Alonso chez Renault, et Liberty Media, le propriétaire de la F1, l'avaient sondé pour savoir s'il serait intéressé par le recrutement du double champion du monde.

Celui-ci, qui réclame des excuses, ne participera pas à la prochaine saison de F1 mais n'a pas fermé la porte à un retour éventuel par la suite dans la catégorie reine.

Vos commentaires