GP de Saint-Marin: pole record pour Lorenzo, Marquez 5e sur la grille

GP de Saint-Marin: pole record pour Lorenzo, Marquez 5e sur la grille
L'Espagnol Jorge Lorenzo décroche la pole position du GP de Saint-Marin le 8 septembre 2018Tiziana FABI

L'Espagnol Jorge Lorenzo (Ducati) a décroché samedi la pole position du GP de Saint-Marin, que le leader du championnat MotoGP, son compatriote Marc Marquez (Honda), débutera en 5e place dimanche après une nouvelle chute sans conséquences en qualifications.

C'est la première fois depuis 2013 que Lorenzo, 3e du classement, signe deux poles consécutives.

Avec un temps de 1 min 31 secondes et 629/1000, il a amélioré de deux dixièmes le record du circuit de Misano qui lui appartenait depuis 2016.

A sept courses de la fin de la saison, le triple champion du monde de MotoGP, distancé de 71 points par Marquez, se donne les moyens de croire encore au titre.

Ducati ne s'est pas imposé au GP de Saint-Marin depuis Casey Stoner en 2007 mais la marque italienne a placé trois de ses motos aux quatre première places sur la grille.

Lorenzo a devancé l'Australien Jack Miller (Ducati Pramac), l'Espagnol Maverick Vinales (Yamaha) et son coéquipier italien Andrea Dovizioso (Ducati).

A Silverstone il y a deux semaines, sa performance du samedi ne lui a servi à rien sur le plan comptable car la course a été annulée à cause de la pluie.

Le Majorquin tentera de remporter un 4e succès sur le circuit de Misano dans la catégorie reine après ceux obtenus en 2011, 2012 et 2013.

Marquez, au vu de son avance, n'est pas obligé de prendre un maximum de risques.

- Rossi déçoit -

"J'ai commis quelques erreurs mais on a une bonne base pour monter sur le podium demain", a-t-il déclaré.

Coutumier des dégringolades sans dommages, le pilote de 25 ans est néanmoins tombé au virage N.15 puis s'est immédiatement relevé en courant pour rejoindre son garage et enfourcher une nouvelle monture.

Deuxième du classement à 59 points du leader, l'Italien Valentino Rossi (Yamaha) sera seulement 7e au départ sur ses terres.

Ce week-end, "Vale" arbore un superbe casque "Back to Misano", en référence au célèbre film "Retour vers le Futur".

Le vétéran de 39 ans court après un titre dans la catégorie reine depuis son sacre de 2009.

S'il avait la possibilité de remonter le temps, peut-être éviterait-il de signer pour Ducati en 2011, un choix de carrière qui a brisé sa spirale de victoires.

Ses mauvais rapports avec Marquez, qui a pris sa place en tant que taulier de la catégorie, continuent à alimenter la chronique.

Rossi a refusé de serrer la main du Catalan lors de la conférence de présentation de la course.

Trop heureux de donner son avis, Lorenzo a accusé l'Italien de se comporter "comme un petit enfant" et Marquez de trop se soucier de ce que Rossi pensait et disait de lui.

Son futur équipier chez Honda en 2019 lui a répondu de se mêler de ses affaires.

- Le cas Ponsson -

Les premiers pas en MotoGP de Christophe Ponsson, issu du Superbike et donc habitué aux motos de série, sont l'autre polémique du moment.

Le Français de 22 ans, benjamin du plateau, remplace l'Espagnol Tito Rabat, encore convalescent.

Lui-même a "cru à un canular" quand il a reçu l'appel de l'équipe Avintia.

Cet illustre inconnu n'a en effet jamais roulé dans aucune catégorie du championnat du monde de moto de vitesse.

Ses nouveaux collègues n'accablent pas le pilote, logiquement totalement à la traîne, mais critiquent la décision de l'équipe.

"Il n'est pas responsable, il a pris l'opportunité qui s'offrait à lui", affirme Marquez.

"Moi aussi j'étais perdu à mes débuts en MotoGP, je ne savais pas ou freiner", rappelle-t-il.

"C'est assez dangereux pour lui d'être en piste avec nous", constate néanmoins le Britannique Cal Crutchlow.

Cet épisode relance l'idée de la création d'une Superlicence, obligatoire en Formule 1 pour avoir le droit de courir, ou bien la mise en place d'un minimum d'essais à réaliser au guidon avant de pouvoir s'aligner.

Le Français Johann Zarco (Yamaha Tech 3) occupera la 9e position, en troisième ligne.

En Moto2, l'Italien Francesco Bagnaia (Kalex) a réalisé une très bonne opération avec sa pole-position couplée à la contre-performance de son dauphin, le Portugais Miguel Oliveira (KTM), 9e sur la grille.

En Moto3, l'Espagnol Jorge Martin (Honda), 2e du classement, a signé sa septième pole de la saison et le nouveau record du circuit.

L'Italien Marco Bezzechi (KTM), leader du championnat, ne partira qu'en 2e ligne, en 6e position.

Vos commentaires