En ce moment
 

GP de Singapour: "Magic" Hamilton rayonne, Vettel fait grise mine

GP de Singapour:
Lewis Hamilton (c) s'adjuge la pole position du GP de Singapour le 15 septembre 2018Manan VATSYAYANA

Lewis Hamilton a frappé fort samedi en s'adjugeant la pole position du Grand Prix de Singapour avec une performance bluffante qui a relégué son rival Sebastian Vettel, 3e sur la grille dimanche, à plus d'une demi-seconde.

Sur le circuit urbain de Marina Bay, une étuve à près de 70% d'humidité éclairée par de puissants projecteurs, on attendait une démonstration de la supériorité prêtée actuellement à Ferrari au niveau des performances pures.

Mais le Britannique, leader du Championnat du monde de Formule 1, en a décidé autrement.

"Je ne sais pas d'où cette pole est venue!", s'est exclamé Hamilton, rayonnant juste après avoir quitté sa monoplace.

"Ce tour était magique", a-t-il affirmé.

Avant la dernière partie des qualifications, Mercedes, Red Bull et Ferrari semblaient en mesure de se disputer la première place.

Las, le quadruple champion du monde britannique a repoussé dès sa première tentative le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) à trois dixièmes et le leader de Ferrari à six dixièmes.

Aucun d'eux n'a amélioré sa marque par la suite, permettant à Hamilton de conquérir la 79e pole de sa carrière, lui qui est le plus performant de l'histoire dans ce domaine devant Michael Schumacher et Ayrton Senna.

Son chrono de 1 minute 36 secondes 15/1000 représente une amélioration de deux secondes du précédent record du tour qui appartenait à Vettel depuis l'an passé.

Sa performance a estomaqué jusqu'à son ingénieur de course.

"C'est le tour le plus épique que j'ai vu ici", l'a félicité son patron Toto Wolff.

Alors qu'il ne reste que sept courses à disputer cette saison, le pilote de 33 ans a l'occasion de consolider son matelas de 30 points d'avance.

La Scuderia compte 25 points de retard sur Mercedes au classement des constructeurs.

- Grosjean marque des points -

Et elle peut perdre gros lors de la course disputée dimanche en nocturne puisque le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes), 4e, s'élancera juste devant son compatriote Kimi Räikkönen (Ferrari).

"Pour nous, c'était une séance qualificative un peu désordonnée, mais à la fin, il manquait trop de temps, donc on n'a pas pu faire mieux que la troisième place", a déploré l'Allemand, qui s'est plaint d'avoir été gêné par le trafic en Q3.

Symbole des hésitations de Ferrari: ses deux monoplaces ont chaussé au début de la Q2 des gommes ultra-tendres, moins rapides que les hyper-tendres, avant de rétropédaler au vu du résultat et du risque d'élimination prématuré.

De son côté, Verstappen, qui se plaignait depuis la veille de ratés dans son moteur, a surgi au bon moment pour se placer en première ligne, comme en 2017.

L'autre Red Bull de l'Australien Daniel Ricciardo partira devant le Mexicain Sergio Pérez (Racing Point Force India) et les Français Romain Grosjean (Haas) et Esteban Ocon (Racing Point Force India).

Grosjean a marqué des points en vue du renouvellement de son contrat par l'écurie américaine, d'autant que son équipier danois Kevin Magnussen a été éliminé dès la Q1.

Une décision à leur sujet est attendu d'ici deux ou trois semaines, a annoncé son Team Principal Guenther Steiner.

Le troisième tricolore du plateau, Pierre Gasly (Toro Rosso), n'est que 15e.

Plusieurs pilotes ont à nouveau touché le mur au virage N.21, un écart qui risque de ne pas pardonner dimanche, magie ou pas.

A l'extinction des feux, Hamilton devra également se méfier de Verstappen, qui court toujours après la première pole de sa jeune carrière.

L'an passé, Vettel avait vu une grande partie de ses espoirs de titre s'envoler en fumée en étant impliqué dans un crash au départ avec le Néerlandais et Räikkonen.

Vos commentaires