En ce moment
 

GP du Japon: Vettel et Ferrari se ratent encore, pas Hamilton et Mercedes

Les derniers espoirs de titre qui s'envolent? De nouvelles erreurs de pilotage et de stratégie relèguent Sebastian Vettel à la 8e place sur la grille de départ du Grand Prix du Japon, dont Lewis Hamilton s'est offert la pole position samedi à Suzuka.

Demandez son avis au Néerlandais Max Verstappen, qui a profité des errances de Ferrari et de son pilote allemand pour se hisser à la troisième place des qualifications. "Vous croyez qu'il y a encore une bagarre pour les titres ? Je n'en suis pas si sûr", assène le pilote Red Bull.

Et pour cause, comme trop souvent depuis deux saisons, la Scuderia a fait le mauvais choix stratégique et Vettel s'est raté sous la pression en qualifications, quand Mercedes et sa star britannique gardaient la tête froide.

Le quadruple champion du monde 2010-2013, qui affiche 50 points de retard au classement des pilotes à cinq courses de la fin, a commis une erreur de pilotage au cours de ce qui s'est avéré son unique chance de la troisième et dernière partie des qualifications (Q3).

Il n'en signe en conséquence que le 9e temps mais remonte à la 8e place sur la grille grâce à une pénalité imposée par la suite au Français Esteban Ocon (Force India), qualifié devant lui.

Avant cela, l'Allemand avait perdu un temps précieux en retournant au stand passer des pneus slicks après avoir débuté la Q3 en intermédiaires, Ferrari pariant sur une intensification rapide de la pluie qui s'est finalement faite attendre.

- "Bons choix sous pression" -

"Notre timing n'était pas le bon, a été forcé de constater Vettel. On a essayé les intermédiaires au début mais ça ne marchait pas, puis j'ai fait une erreur lors de mon unique tour rapide. J'ai perdu la voiture à l'entrée du virage N.14 et c'est surtout cela qui a compromis ma qualification."

Hamilton, pour sa part, a tenu à rendre hommage à son équipe qui compte 53 points d'avance sur Ferrari au classement des constructeurs et ne ne s'est, elle, pas trompée de stratégie.

"Il est très difficile de prendre les bonnes décisions dans ces situations, mais je pense que c'est une des différences que nous avons su faire cette année", s'est-il réjouit. "Sous pression, nous faisons les bonx choix et c'est ce qui fait que nous sommes la meilleure équipe au monde."

Le Britannique, qui signe sa 8e pole cette saison et la 80e de sa carrière en Formule 1, peut aborder la course l'esprit tranquille, Vettel loin derrière et avec pour rempart à ses côtés en première ligne son fidèle lieutenant finlandais Valtteri Bottas, qui lui a cédé la victoire à la demande de Mercedes la semaine dernière en Russie.

Avec Verstappen et le Finlandais Kimi Räikkönen (Ferrari) en deuxième ligne, Vettel contraint de remonter de la 8e place et l'Australien Daniel Ricciardo (Red Bull) de la 15e après avoir été privé de Q2 par une panne, c'est une course spectaculaire qui s'annonce derrière les Flèches d'argent.

- Ocon pénalisé -

A noter aussi la belle performance des trois pilotes français, qui se sont classés dans le top 10 des qualifications: Romain Grosjean (Haas) est 5e, Pierre Gasly (Toro Rosso) 7e et Ocon 8e.

Ce dernier a toutefois écopé d'une pénalité de trois places sur la grille pour ne pas avoir suffisamment ralenti sous drapeau rouge lors des essais libres 3 quelques heures plus tôt, après la sortie de piste de l'Allemand Nico Hülkenberg.

Les performances des Toro Rosso, avec Gasly 7e et le Néo-Zélandais Brendon Hartley 6e, confirment les progrès attendus de la nouvelle version du moteur Honda, introduit ce week-end sur les terres du motoriste nippon.

Une bonne nouvelle pour Red Bull, qui sera également motorisée par Honda l'an prochain, et pour Hartley, à qui son équipe a demandé de battre Gasly pour espérer conserver son baquet en 2019.

Le départ du GP sera donné dimanche à 14h10 locales (07h10 françaises/05h10 GMT).

Vos commentaires