En ce moment
 
 

Grande mosquée de Paris: le nouveau recteur expose ses priorités

Grande mosquée de Paris: le nouveau recteur expose ses priorités
Le nouveau recteur de la Grande mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz, le 16 janvier 2020 à ParisBERTRAND GUAY

Promotion d'un "islam de paix et de concorde", lutte contre la radicalisation, défense de "la dignité des musulmans": le nouveau recteur de la Mosquée de Paris Chems-eddine Hafiz, élu samedi dernier, a présenté jeudi ses priorités.

Chems-eddine Hafiz n'a pas exclu de se présenter pour diriger le Conseil français du culte musulman (CFCM), dont l'élection du bureau a lieu dimanche, à condition que ce soit un "consensus avec les autres fédérations" appartenant à cette instance, a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la Mosquée.

M. Hafiz a été élu recteur de la Grande Mosquée de Paris (GMP) à la suite de la démission surprise, le même jour, du Dr Dalil Boubakeur, qui était à la tête de cette institution depuis 28 ans.

"J'ai bien conscience de la tâche délicate qui désormais m'incombe", a déclaré M. Hafiz, avocat franco-algérien, qui s'exprimait au côté de M. Boubakeur.

La GMP "continuera d'oeuvrer pour la promotion d'un islam de paix et de concorde", a-t-il dit, un islam également "générateur (...) de fraternité, de progrès, de stimulation de la pensée rationnelle".

Le nouveau recteur, 65 ans, entend aussi déployer "toute son énergie pour prévenir toute forme de radicalisation et d'exclusion", jugeant que "l'islam ne saurait être au service des ambitions et stratèges politiques".

"Les musulmans sont chez eux en France, la plupart sont Français. Ils doivent agir (...) en citoyens français. En retour, ils doivent être vus (...) comme pleinement citoyens français. Ils ne sont pas des citoyens à part", a-t-il par ailleurs affirmé, regrettant "le raccourci entre fanatisme et islam" et appelant à défendre "la dignité des musulmans".

Alors qu'Emmanuel Macron a promis des annonces début février notamment sur la lutte contre le communautarisme, M. Hafiz a assuré vouloir être "le partenaire loyal, fidèle au président de la République. Nous devons construire ensemble les structures de l'islam en France".

Vos commentaires