En ce moment
 

Grèce: statut de réfugié confirmé pour deux officiers turcs putchistes présumés

Grèce

(Belga) Le Conseil d'Etat grec a confirmé mercredi le statut de réfugié politique accordé à deux officiers turcs putschistes présumés, rejetant un appel du gouvernement grec contre cette décision des services d'asile, a indiqué une source judiciaire.

Le Conseil, la plus haute juridiction administrative grecque, tranchait sur le sort du copilote d'un hélicoptère turc à bord duquel huit officiers avaient fui la Turquie en Grèce au lendemain du coup d'État manqué de juillet 2016 en Turquie. Le gouvernement grec avait fait appel de la décision des services d'asile de lui accorder le statut de réfugié, alors que le sort des huit militaires a tendu les relations entre Athènes et Ankara. La décision du Conseil s'appliquera aussi à un autre membre du groupe, lui aussi jugé éligible à l'asile mais sur le sort duquel le gouvernement a interjeté un deuxième appel, a précisé la même source. En fonction des règles du droit grec, cette décision sera aussi valable pour les six autres officiers si les services d'asile acceptent in fine leurs demandes. A la suite de cette décision, les militaires concernés doivent se voire remettre des documents de voyage, a précisé la même source. Selon leurs avocats, les huit souhaitent quitter le pays, redoutant notamment d'y être enlevés par les services turcs. La cour suprême grecque avait dans tous les cas exclu que les huit soient renvoyés en Turquie, en confirmant le rejet par la justice des demandes turques d'extradition, au motif qu'"indépendamment de leur culpabilité (présumée) leurs droits étaient en danger en Turquie". Le gouvernement grec avait pour sa part précisé faire appel afin d'épuiser la procédure. Alors que cette affaire a empoisonné les relations entre les deux voisins, la Turquie a arrêté et placé en détention provisoire en mars deux soldats grecs qui avaient, par erreur selon Athènes, traversé la frontière lors d'une patrouille. La Grèce réclame depuis leur libération, qui a été refusée pour la troisième fois mercredi par la justice turque, selon les médias grecs. Athènes a aussi exclu tout échange avec les huit militaires turcs, après qu'une telle transaction eut été proposée publiquement en avril par le président turc Recep Tayyip Erdogan. Le nombre des demandeurs d'asile turcs en Grèce a été multiplié par dix entre 2016 et 2017, pour atteindre 1.827 personnes. (Belga)

Vos commentaires