En ce moment
 

Greenpeace "occupe" une raffinerie d'huile de palme en Indonésie

Greenpeace
Le groupe de rock indonésien Boomerang manifeste en jouant au sommet d'un réservoir d'une raffinerie d'huile de palme.Dhemas Reviyanto, Nugroho Adi Putera, Jurnasyanto Sukarno

Des militants de Greenpeace ont "occupé" mardi une raffinerie d'huile de palme en Indonésie avec un concert d'un groupe de rock perché sur un réservoir pour protester contre l'usage de cette matière première largement utilisée dans les biens de grande consommation mais accusée de favoriser la déforestation.

Une trentaine de militants dont plusieurs étrangers et le groupe indonésien de musique metal "Boomerang"ont pénétré sur le site de Bitung, au nord de l'île des Célèbes. Ils ont peint l'inscription "Sale" et "Non à l'huile de palme sale" sur un réservoir appartenant au géant du secteur Wilmar International.

La société, cotée à Singapour, est le principal négociant de cet oléagineux et fournit de grandes marques comme Colgate, Nestlé ou le groupe Unilever.

D'autres militants se sont infiltrés sur un tanker transportant de l'huile de palme pour l'empêcher de progresser, selon l'association.

Greenpeace accuse Wilmar de contribuer à la déforestation en Indonésie, principal pays exportateur d'huile de palme, malgré son engagement il y a cinq ans à ne plus abattre de forêts dans l'archipel du sud-est-asiatique. Selon l'organisation de protection de l'environnement, le groupe continue à acheter de l'huile non certifiée durable.

"Cette raffinerie est pleine à ras bord d'huile sale de Wilmar et si on n'était pas là aujourd'hui elle serait en route vers des usines et des supermarchés de par le monde", a souligné Yeb Sano, directeur exécutif de Greenpeace pour l'Asie du Sud-Est, selon un communiqué.

Wilmar a condamné cette opération, soulignant qu'il s'agissait "d'un acte illégal d'intrusion et de vandalisme mettant en danger les activistes comme les employés" du groupe. Il a appelé Greenpeace à collaborer avec l'industrie pour trouver des solutions.

Le président indonésien Joko Widodo a signé la semaine denrière un moratoire de trois ans sur le développement de toute nouvelle plantation de palmiers à huile dans le pays.

Vos commentaires