Guerre commerciale: Pékin durcit le ton, son excédent gonfle encore

Guerre commerciale: Pékin durcit le ton, son excédent gonfle encore
Le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi à Pékin, le 8 mars 2018FRED DUFOUR

Flambée des exportations, excédent toujours colossal avec les Etats-Unis: le commerce extérieur chinois affiche une santé insolente au moment où Pékin agite la menace de représailles face aux velléités protectionnistes de Donald Trump.

La Chine adoptera "certainement" une "réponse appropriée et nécessaire" face à d'éventuelles sanctions commerciales américaines, a averti jeudi son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

"Dans une époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède, ils ne feront que pénaliser les autres en se pénalisant eux-mêmes", a insisté M. Wang lors d'une conférence de presse.

En annonçant que les Etats-Unis allaient fortement taxer leurs importations d'acier et d'aluminium, le président américain Donald Trump a provoqué un tollé international.

La Chine, de loin le premier producteur mondial d'acier et d'aluminium, a pris mercredi la tête d'un groupe de 18 membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour protester contre le projet de Washington.

Lors d'une réunion du conseil général de l'OMC, le représentant chinois a ainsi pointé le risque d'un "problème systémique" pour le gendarme du commerce mondial, avant que l'Union européenne (UE), le Japon ou encore le Canada n'élèvent la voix.

Certes, la Chine ne fournit qu'une infime partie des importations américaines d'acier et d'aluminium et pourrait n'être affectée que marginalement par ces nouveaux droits de douane.

Mais le géant asiatique redoute un engrenage, à l'heure où Washington multiplie les enquêtes et droits antidumping contre Pékin dans de nombreux domaines, des machines à laver aux panneaux solaires.

- Excédent 'massif' -

De son côté, Donald Trump fustige des échanges très déséquilibrés, et a affirmé mercredi sur Twitter que Washington avait demandé à la Chine de réduire "d'un milliard de dollars" son excédent commercial "massif" avec les Etats-Unis, sans fournir de détails.

Selon des chiffres des douanes chinoises publiés jeudi, l'excédent commercial du pays avec les Etats-Unis s'est certes établi à 21 milliards de dollars en février, moins qu'en janvier (21,9 milliards) et décembre (25,6 milliards).

Pour autant, il reste considérable: il a plus que doublé par rapport à février 2017. Et sur les deux premiers mois de l'année cumulés, il a gonflé de 35% sur un an.

Sur l'ensemble de 2017, cet excédent a atteint le niveau record de 275,8 milliards de dollars selon les douanes chinoises (375,2 milliards selon Washington): le milliard de dollars suggéré par l'hôte de la Maison Blanche semble une goutte d'eau en comparaison.

Au-delà de l'acier et de l'aluminium, une escalade des tensions sino-américaines pourrait "plomber" les échanges bilatéraux, avertit Betty Wang, analyste d'ANZ.

"Une action américaine contre la Chine dans le domaine de la propriété intellectuelle pourrait compliquer la donne, et il est possible que Pékin cible en représailles l'agriculture américaine", insiste-t-elle.

Le régime communiste a déjà ouvert une enquête antidumping sur le sorgho des Etats-Unis et n'exclut pas de cibler leurs exportations de soja. L'enjeu est de taille: la Chine a acheté l'an dernier pour 14 milliards de dollars de soja américain.

- Flambée des exportations -

Le géant asiatique a vu ses exportations totales s'envoler en février de 44,5% sur un an, ont indiqué les douanes chinoises.

Cette spectaculaire accélération, quatre fois plus marquée qu'attendu par les experts, a été gonflée par la robuste demande de ses principaux partenaires commerciaux, Etats-Unis, UE et Japon.

En revanche, les importations se sont essoufflées drastiquement (+6,3%, après un bond de +36,8% en janvier): "Guère surprenant, étant donné l'impact des longs congés du Nouvel an lunaire et les réductions de production" industrielle imposées au nom d'une vaste campagne antipollution, note Mme Wang.

Conséquence logique: l'excédent commercial total est monté à 33,7 milliards de dollars en février, contre 20,5 milliards le mois précédent.

Mais Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics, met en garde contre les distorsions dus au décalage calendaire des congés du Nouvel an, intervenus plus tardivement cette année.

"Le tableau d'ensemble, c'est que l'excédent commercial de la Chine avec le reste du monde s'est quand même modéré au cours de l'année passée, grâce à l'appétit chinois accru pour les matières premières. Tandis que l'excédent avec les Etats-Unis, lui, a continué de gonfler".

Vos commentaires