En ce moment
 
 

Guerre en Ukraine: le maire de Kharkiv, une ville explosée par la force de frappe de Poutine, parle de "génocide" (vidéo)

Guerre en Ukraine: le maire de Kharkiv, une ville explosée par la force de frappe de Poutine, parle de "génocide"
 
UKRAINE
 

Kharkiv n'est plus qu'une ville éventrée, détruite par les bombardements décidés par Vladimir Poutine, le président russe. A côté des gravats et des immeubles détruits, se trouvent des véhicules russes abandonnés et endommagés, preuve de la forte résistance ukrainienne. Certains habitants qui n'ont pas fui, tentent de récupérer ce qui peut encore l'être, avant de partir comme les autres. Les militaires ukrainiens sont toujours là, malgré la fréquence des frappes russes. "Hier, une frappe aérienne a touché la zone située à côté du bureau du procureur général de la région de Kharkiv, explique un militaire. Il y avait là un nouveau bloc résidentiel. Personne n'est mort, mais il y a des blessés. Selon nos informations, il y a eu un impact et 4 cratères d'obus ont été détectés".

Le maire de la ville de Kharkiv a des mots très forts concernant ces attaques. "Je ne peux pas considérer cela autrement qu'un génocide, a estimé Igor Terekhov. Les frappes visent des quartiers résidentiels dépourvues d'infrastructures militaires. Des frappes ont eu lieu dans des jardins d'enfants, des écoles, des maternités, des cliniques. Ce n'est pas un accident".

 > Toute l'actualité liée au conflit en Ukraine

Malgré la situation, l'hôpital de Kharkiv est toujours ouvert et fonctionnel. Les blessés y sont amenés avec les moyens du bord et soignés avec le matériel et les produits restants. "Mon frère et moi sommes venus donner du sang et avons été bombardés, dit une Ukrainienne hospitalisée. Nous venions de quitter le centre de transfusion et avons été ciblés par des bombardements russes. Mon frère est mort deux jours après, le 27 février, et je suis restée à l'hôpital avec des éclats d'obus dans les jambes".

L'organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel urgent pour la livraison d'oxygène médical ainsi que d'autres équipements pour la région de Kharkiv, actuellement privée de tout.

ukrainienne-1

ukrainienne-2


 

Vos commentaires