En ce moment
 
 

Guinée: des centaines de Guinéens défilent derrière les cercueils de manifestants tués

Guinée: des centaines de Guinéens défilent derrière les cercueils de manifestants tués

(Belga) Affligés ou en colère, des centaines de Guinéens ont défilé lundi à Conakry pour accompagner au cimetière les cercueils de manifestants tués lors de récentes manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé.

Familles et personnalités de l'opposition ont marché derrière les cercueils ceints du drapeau national rouge jaune et vert de l'hôpital de l'Amitié sino-guinéenne vers la mosquée de Bambeto, puis le cimetière de ce quartier favorable à l'opposition où sont déjà enterrés des dizaines de personnes tuées au cours de manifestations ces dernières années. Des cris de "Justice pour nos morts, Alpha Condé assassin" se sont élevés du cortège dans lequel les proches marchaient en silence suivant un trajet jalonné de pick-ups de la police, ont constaté des journalistes de l'AFP. La Guinée, petit pays de 13 millions d'habitants, pauvre malgré d'importantes ressources minières, est en proie depuis le 14 octobre à une intense contestation. L'opposition chiffre à 14 le nombre de manifestants tués depuis cette date alors que des dizaines d'autres ont été blessés, des dizaines encore arrêtés et jugés. Un gendarme a également trouvé la mort. La protestation vise le projet prêté au président Condé de briguer sa propre succession en 2020. Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui mène le mouvement, a voulu transformer en "marche funèbre" les funérailles des 11 manifestants. Il avait prévu cette marche mercredi dernier. Mais les autorités avaient annoncé au dernier moment qu'elles ne restitueraient pas les corps dans l'immédiat car des autopsies, selon elles, étaient toujours en cours. Les corps ont finalement été acheminés directement lundi matin à l'hôpital de l'Amitié sino-guinéenne. M. Condé a lancé en septembre des consultations sur la Constitution, "concentré d'intérêts corporatistes" selon lui. Pour ses adversaires, il ne fait aucun doute que M. Condé entend réviser la Constitution pour concourir à un troisième mandat présidentiel en 2020 alors que le texte actuel en limite le nombre à deux. A 81 ans, M. Condé ne confirme ni n'infirme les intentions qu'on lui attribue. Les tensions actuelles font redouter à la communauté internationale une escalade dans un pays coutumier des manifestations et des répressions violentes. (Belga)

Vos commentaires