En ce moment
 

Gymnastique: la fédération américaine rattrapée à nouveau par l'affaire Nassar

Gymnastique: la fédération américaine rattrapée à nouveau par l'affaire Nassar
Le Dr Larry Nassar avec son conseil Matt Newburg avant le pronioncé du verdict du tribunal de Charlotte, dans le Michigan, le 5 février 2018 SCOTT OLSON
sport

L'ombre du sinistre docteur Nassar continue de plâner sur la Fédération américaine de gymnastique, plongée depuis vendredi dans une nouvelle crise après le recrutement controversé d'un ancien soutien du médecin, condamné à de lourdes peines de prison pour agressions sexuelles.

La nouvelle directrice générale du Comité olympique américain (Usoc), Sarah Hirshland, n'a pas caché son désarroi, voire sa colère, à l'égard des dirigeants d'USA Gymnastics.

"Nous avons suivi ce qui s'est passé et au terme de cette journée, je ne peux faire part que de ma déception", a-t-elle indiqué dans un communiqué envoyé au quotidien USA Today.

"Dans ces circonstances, nous estimons que la fédération peine à remplir ses obligations et qu'il est temps de penser à faire des ajustements au sein de la direction", a poursuivi Mme Hirschland.

Neuf mois après avoir fait table rase de sa direction, critiquée pour sa gestion de l'affaire Nassar et son manque d'empathie pour les victimes, la fédération américaine devrait changer à nouveau ses principaux dirigeants.

- Médecin "extraordinaire" -

Et la patronne de l'Usoc qui, sans la nommer, vise la directrice générale d'USA Gymnastics Kerry Perry de prévenir que "les discussions vont se poursuivre durant le week-end".

Cette nouvelle crise a été déclenchée mardi par la nomination de Mary Lee Tracy au poste de coordinatrice du haut-niveau.

Entraîneure réputée de la gymnastique américaine, Mme Tracy s'était faite connaître en décembre 2016 du grand public en apportant son soutien au docteur Nassar, déjà mis en cause à l'époque par plusieurs gymnastes qui l'accusaient d'abus sexuels.

Mary Lee Tracy avait alors qualifié le Dr Nassar de médecin "extraordinaire": "toutes mes gymnastes qui ont été sélectionnées olympiques ont travaillé avec lui, il les a protégées, il a pris soin d'elles, il a travaillé avec elles et leurs parents", avait-t-elle expliqué.

Ce soutien public est revenu à l'esprit de plusieurs victimes de Nassar à l'annonce de la nomination de Mme Tracy.

"USA Gymnastics a nommé quelqu'un qui, à mes yeux, a soutenu Nassar, qui a critiqué les victimes et n'a montré aucune volonté de tirer les leçons du passé", avait ainsi regretté sur son compte Twitter Aly Raisman, abusée sexuellement comme des centaines d'autres gymnastes par l'ancien médecin.

"C'est une gifle de plus qu'on donne aux +survivantes+ et une nouvelle confirmation que rien n'a changé au sein de la Fédération américaine", avait poursuivi la double championne olympique par équipes.

- Fiasco -

L'indignation des victimes a rapidement incité la fédération américaine à faire marche arrière, mais la journée de vendredi a viré au fiasco pour USA Gymnastics, renforçant l'idée d'un manque de professionnalisme de ses dirigeants.

Dans un premier temps, Mme Tracy a présenté sa démission, avant de se raviser pour consulter son avocat, puis la fédération a publié un communiqué indiquant qu'elle lui avait demandé de quitter son poste pour avoir... contacté Aly Raisman et non pour ses propos de 2016.

"USA Gymnastics a demandé à Mary Lee Tracy de démissionner de son poste de responsable du haut-niveau, nous croyons fermement dans une culture qui encourage les sportives et victimes à faire entendre leur voix", a expliqué la fédération.

Nassar, ancien médecin de l'équipe féminine des Etats-Unis, est au coeur de l'un des plus graves scandales de l'histoire du sport américain.

Il a été condamné en début d'année à plusieurs lourdes peines de prison pour avoir agressé durant deux décennies au moins 265 victimes --dont près de 160 gymnastes et des stars de la discipline comme Simone Biles--, la plupart mineures, sous couvert de traitements médicaux.

Vos commentaires