En ce moment
 

Hand: les Bleues hésitantes et accrochées par le Brésil

Hand: les Bleues hésitantes et accrochées par le Brésil
La Française Alexandra Lacrabère face à la Norvège lors de la finale du Mondial, le 17 décembre 2017 à HambourgPatrik STOLLARZ

Trois jours après un succès facile face au Brésil (28-17), les championnes du monde françaises sont retombées dans leurs travers, concédant un match nul plutôt logique (24-24) face au même adversaire dimanche en match amical à Pau.

Les filles d'Olivier Krumbholz préparent l'Euro-2018, qui se déroulera en France à la fin de l'année. Elles ont alterné le bon et le très moyen, notamment lors du deuxième acte avec des erreurs de changements sur le banc qui ont coûté cher.

"C'est clairement une déception, un rappel à l'ordre. On est loin du niveau que l'on avait à la fin du Mondial", a analysé le sélectionneur français.

Pourtant l'entame avait été meilleure que jeudi à Bayonne. Il y avait de la fluidité et de la variété dans le jeu tricolore, avec de jolis décalages que ce soit aux ailes vers Manon Houette ou Amanda Kolczynski, ou au poste de pivot, ce qui a permis aux Bleues de compter cinq buts d'avance juste avant la pause (15-10, 29).

Puis tout s'est désagrégé. Les penalties d'Alexandra Lacrabère ne rentraient plus et l'entrée gagnante de la gardienne carioca Gabriela Moreschi a boosté ses coéquipières, plus accrocheuses que jeudi et qui ont facilement recollé (15-14, 38).

Hésitantes à tirer de loin, les Françaises n'ont jamais réussi à trouver le bon rythme, perturbées aussi par deux erreurs dans leurs remplacements qui leur ont couté deux fois deux minutes en infériorité.

Elles ont aussi longtemps cherché une leader capable de remettre de l'ordre dans leur jeu devenu trop décousu pour espérer recreuser l'écart.

En confiance, les Brésiliennes avec la joueuse de Fleury Bruna De Paula décisive, ont alors répondu du tac au tac et auraient même pu créer la surprise sans une Cléopâtre Darleux inspirée dans le but français, avec quatre parades dans le money-time.

Vos commentaires