Hollywood se prépare à ses premiers Oscars depuis le scandale Weinstein

Hollywood se préparait à la grand-messe des Oscars vendredi avec la romance fantastique "La forme de l'eau" et le drame satirique "3 Billboards" favoris d'une cérémonie qui devrait être marquée par le scandale Weinstein.

L'Académie des arts et sciences du cinéma, qui remet les prestigieuses statuettes, sera aussi sous pression pour ne pas reproduire sa bourde historique de l'an dernier: l'annonce du mauvais gagnant de l'Oscar du meilleur film ("La La Land"), la révélation du vrai lauréat ("Moonlight") étant survenue deux minutes après, suivant un mémorable chaos.

L'humoriste Jimmy Kimmel, l'animateur de la soirée pour la deuxième fois d'affilée, a promis que ce fiasco ne se reproduirait pas sans quoi "tous les gens qui travaillent chez ABC", la chaîne qui diffuse la cérémonie, "devraient être renvoyés!".

"Je ne me souviens pas d'une année avec tant d'incertitude: il y a au moins quatre solides possibilités de gagnants" pour le prix du meilleur film, a remarqué Tim Gray, l'un des responsables des prix hollywoodiens pour Variety, interrogé par l'AFP.

"3 Billboards: les panneaux de la vengeance", du Britannique Martin McDonagh, est le favori, d'après le site spécialisé Goldderby.com.

Fort de 7 nominations dont meilleur second rôle masculin (Sam Rockwell, en tête des paris, et Woody Harrelson) et meilleure actrice (Frances McDormand), il met en scène avec beaucoup d'humour noir une mère en deuil et en colère qui loue trois panneaux publicitaires pour relancer l'enquête sur le meurtre de sa fille.

Il est concurrencé par le film de science-fiction de Guillermo delToro, "La forme de l'eau", qui a amassé le plus de nominations (13). Le metteur en scène mexicain est attendu comme meilleur réalisateur pour ce conte étrange sur une muette amoureuse d'une créature reptilienne captive.

Christopher Nolan lui fait toutefois concurrence pour "Dunkerque", son drame magistral aux 8 nominations sur l'opération Dynamo, l'évacuation désespérée de l'armée alliée de la plage de Dunkerque en 1940.

- Assurément de la politique -

"Les heures sombres", également finaliste pour l'Oscar du meilleur film, raconte le même épisode de la seconde guerre mondiale, mais vu d'Angleterre: la bataille politique menée par Churchill.

Gary Oldman, magnétique - et méconnaissable sous le maquillage et la silicone - est le mieux placé pour l'Oscar du meilleur acteur. Il fait face notamment au jeune Franco-Britannique Timothée Chalamet, 22 ans, qui a séduit le tout-Hollywood avec son rôle d'adolescent amoureux d'un beau doctorant dans "Call me by your name".

Pour ce film délicat et langoureux de Luca Guadagnino, le cinéaste James Ivory pourrait recevoir à 89 ans le premier Oscar de sa légendaire carrière ("Les vestiges du jour", "Retour à Howards End",..).

La pionnière de la Nouvelle-Vague Agnès Varda, du même âge, pourrait elle aussi décrocher un Oscar pour son documentaire "Visages, Villages" co-réalisé avec l'artiste JR. Elle avait déjà reçu une statuette d'honneur en novembre.

Côté discours, "il y aura assurément de la politique dans le monologue (d'introduction) de Kimmel", estime Tim Gray, ajoutant que les lauréats étaient susceptibles de parler de #MeToo et Time's Up, les mouvements contre le harcèlement sexuel, de diversité dans l'industrie du film et de #NeverAgain, le mouvement contre la violence des armes à feu dans la foulée de la récente fusillade en Floride.

Le monde du cinéma est encore sous le choc des révélations sur Harvey Weinstein, le producteur déchu accusé par une centaine de stars dont Angelina Jolie ou Gwyneth Paltrow de harcèlement ou agression sexuels.

L'affaire a entraîné la chute de plusieurs hommes puissants d'Hollywood dont Kevin Spacey ou le producteur Brett Ratner.

L'Académie a exclu Weinstein et promis des réformes. Et pour ne pas renouveler le micmac de l'an dernier, survenu à cause d'une mauvaise enveloppe remise aux présentateurs Warren Beatty et Faye Dunaway, la vénérable institution a annoncé de nouveaux protocoles "y compris l'instauration de répétitions (...) le retrait des appareils électroniques des coulisses et l'amélioration de la vérification des catégories (de prix) sur les enveloppes".

Vos commentaires