En ce moment
 
 

Homophobie: la fédération australienne de rugby et Folau règlent leur litige

Homophobie: la fédération australienne de rugby et Folau règlent leur litige
Israel Folau marque un essai pour l'Australie contre l'Angleterre lors d'un test-match à Twickenham, le 24 novembre 2018Ben STANSALL

Le rugbyman Israel Folau, star déchue des Wallabies, s'est dit mercredi "vraiment heureux" du règlement à l'amiable de son litige avec la Fédération australienne (Rugby Australia), qui l'avait limogé au printemps à la suite d'une nouvelle sortie homophobe.

Fervent chrétien évangélique âgé de 30 ans, Folau avait provoqué un tollé à la mi-avril après la publication d'un message sur son compte Instagram: "Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l'Enfer vous attend. Repentez-vous! Seul Jésus peut vous sauver".

Rugby Australia avait alors décidé de résilier son contrat. Le joueur avait contre-attaqué avec une plainte pour "licenciement abusif" et se préparait à réclamer 14 millions de dollars australiens (8,6 millions d'euros) de dédommagements en affirmant que sa liberté religieuse avait été bafouée.

Dans un communiqué commun, Rugby Australia, la fédération de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud NSW Rugby "et Israel Folau ont réglé aujourd'hui leur litige relatif au licenciement d'Israel Folau après qu'il eut posté un message religieux sur un réseau social", peut-on lire dans le communiqué commun diffusé par la fédération australienne, qui aurait connu de graves difficultés financières en cas de défaite devant les tribunaux.

- "Croyances sincères" -

"Rugby Australia et M. Folau se souhaitent le meilleur pour la suite. Les parties n'ont pas l'intention de communiquer davantage sur les termes de leur accord qui est confidentiel", poursuit le texte.

Le communiqué indique que le message de M. Folau reflétait des "croyances religieuses sincères" et qu'il ne voulait offenser personne.

"M. Folau veut que tous les Australiens sachent qu'il ne cautionne aucune discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et qu'il partage l'engagement de Rugby Australia en faveur de l'inclusion et de la diversité", avance le texte.

Il ajoute que les fédérations australienne et de Nouvelle-Galles du Sud "ne sont pas d'accord avec le contenu" du message du joueur.

La fédération présente ses excuses pour le tort qui a pu être causé à Folau et à sa famille, le joueur affirmant de son côté n'avoir jamais voulu nuire au rugby.

L'ex-arrière des Wallabies n'a pas tardé à poster un message vidéo où on le voit aux côtés de son épouse Maria et dans lequel il se dit "vraiment heureux" de cet accord.

"Les excuses de Rugby Australia nous donnent raison et nous allons pouvoir poursuivre nos vies pour nous concentrer sur notre foi et notre famille", a dit Folau.

- Les feux, "jugement de Dieu" -

Le joueur avait reçu le soutien de personnalités conservatrices ainsi que de l'organisation Lobby chrétien australien qui avait réussi à lever en deux jours deux millions de dollars australiens (1,23 million d'euros) pour l'aider dans ses frais de justice.

Rugby Australia défendait un limogeage pour faute grave justifié.

En juin, la fédération avait expliqué que plusieurs de ses sponsors, comme la compagnie aérienne Qantas, l'auraient probablement lâchée si elle n'était pas montée au créneau contre Folau sur la question de l'homophobie.

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Rugby Australia lui avait d'ailleurs infligé un avertissement en 2018.

Le communiqué ne mentionne à aucun moment l'avenir sportif du joueur.

Israel Folau a de nouveau fait scandale le mois dernier en suggérant que les gigantesques feux de forêt et la sécheresse qui ravagent son pays étaient "le jugement de Dieu" après que le pays a légalisé le mariage homosexuel et que la Nouvelle-Galles du Sud eut dépénalisé l'avortement.

"Regardez à quelle vitesse ces incendies, ces sécheresses, toutes ces choses sont arrivées en si peu de temps. Pensez-vous que ce soit une coïncidence ?", avait avancé Folau. "Dieu vous parle. L'Australie doit se repentir et annuler ces lois, retourner à ce qui est bien selon Dieu".

Vos commentaires