En ce moment
 
 

Hong Kong: les manifestants mettent en garde contre la division

Hong Kong: les manifestants mettent en garde contre la division
The protests initially triggered by a proposed law that would have allowed extradition to China have transformed into a wider, angrier pro-democracy campaignManan VATSYAYANA

Comme de nombreux manifestants pro-démocratie rassemblés dimanche à Hong Kong, Kelly n'approuve pas les violences qui ont marqué la mobilisation, mais elle refuse tout autant de désavouer les participants les plus radicaux du mouvement.

"Même si je pense que les manifestations doivent rester pacifiques, nous nous soutiendrons toujours les uns les autres", assure cette femme de 26 ans au visage dissimulé par un masque noir. "Nous ne voulons pas être divisés".

La mobilisation à Hong Kong, qui a commencé en juin pour protester contre un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine, s'est transformée en un vaste mouvement pro-démocratie qui a été marqué par des affrontements avec la police et des violences qui ont terni l'image des manifestants.

"Je n'aime pas la violence (des manifestants radicaux), je suis contre", souligne Wong, enseignant à la retraite de 54 ans qui n'a accepté de donner qu'un seul nom, comme beaucoup de manifestants. "Mais je les comprends, je suis en colère, je suis furieux".

La manifestation dimanche à Hong Kong, qui a rassemblé 1,7 million de participants, selon les organisateurs, était considérée comme une chance pour les militants pro-démocratie de retrouver une image crédible après les critiques émises au sujet des violences dans les rangs des contestataires. Les manifestations avaient dégénéré de plus en plus souvent en heurts entre la police, des radicaux n'hésitant plus à lancer des pierres ou des cocktails Molotov, et à utiliser des frondes.

Francis, 24 ans, estime que sauvegarder le caractère pacifique de la manifestation de dimanche est essentiel pour avoir "des normes morales élevées".

Les manifestants mettent en garde contre une division entre deux camps - pour ou contre des actions violentes - craignant une désunion qui ferait le jeu de Pékin.

"La Chine est en train de monter les gens les uns contre les autres, les manifestants les plus violents contre les manifestants pacifiques, la police contre les citoyens", estime un manifestant qui dit s'appeler Kenny.

"Ils veulent que les gens choisissent un camp, et jusqu'à un certain point cela fonctionne", prévient-il.

"Je ne pense pas que nous pouvons parvenir à nos objectifs en utilisant une seule tactique", juge pour sa part un manifestant qui demande à rester anonyme.

"Si le (gouvernement) ne donne pas suite, et si nous commençons à recourir à d'autres méthodes, ils ne pourront pas dire alors que nous détruisons des choses uniquement par notre propre volonté ... c'est seulement parce que nous n'avons pas d'autre choix", affirme ce manifestant.

Dans le quartier commerçant de Causeway Bay, deux amis confient s'être disputés sur la question de savoir s'il fallait participer à la manifestation, compte-tenu de la hausse de la violence au sein des protestataires, mais ils ont finalement décidé d'y aller pour montrer leur soutien à la cause de la démocratie.

"Nous pouvons ne pas avoir les mêmes idées sur les moyens d'obtenir satisfaction à nos demandes ... mais nous sommes toujours ici ensemble", constate l'un d'eux, un étudiant.

Vos commentaires