En ce moment
 

Hong Kong: plus de 2.000 bénévoles nettoient une plage prisée des tortues

Hong Kong: plus de 2.000 bénévoles nettoient une plage prisée des tortues
Des bénévoles nettoient une plage pour protéger les tortues qui viennent y pondre, à Hong Kong le 27 mai 2018Anthony WALLACE

Plus de 2.000 bénévoles ont procédé dimanche au nettoyage d'une plage de Hong Kong prisée des tortues de mer, victimes comme d'autres animaux sauvages des déchets en plastique avertissent les défenseurs de l'environnement.

Les autorités et les écologistes incriminent le sud de la Chine continentale dans la prolifération de ces déchets --l'an dernier, une fuite d'huile de palme avait souillé les plages du territoire après la collision de deux navires près du Delta de la rivière des perles-- mais Hong Kong a aussi sa part de responsabilité.

Les médias locaux ont fait état en 2016 de seringues et déchets médicaux trouvés sur les plages après avoir été jetés en mer par les cliniques hongkongaises.

L'opération de nettoyage de dimanche concernait Shek Pai Wan, près de Sham Wan, un endroit connu comme "l'anse des tortues" sur l'île de Lamma à Hong Kong.

Sham Wan est l'un des rares lieu de ponte pour les tortues de mer dans le sud de la Chine. Le site est fermé aux visiteurs de juin à fin octobre mais selon les écologistes aucun nid n'y a été enregistré durant les six dernières années.

"Les tortues n'arrivent pas jusqu'à la plage pour déposer leurs oeufs", a expliqué Sharon Kwok, co-fondatrice de l'organisation Aquameridian. Selon elle, les tortues meurent enchevêtrées dans des filets de pêches, heurtées par des hors-bords ou des navires et, le plus fréquemment, après avoir ingéré des déchets.

"Les tortues prennent les sacs en plastique pour des méduses et les mangent", puis sont incapables de les régurgiter, a-t-elle ajouté.

Sur le sable de la plage, les bénévoles ont rassemblé des dizaines de sacs de déchets en plastique --pailles, brosses à dents, couverts, sacs... Beaucoup de ces déchets étaient réduits en petits morceaux et il leur a fallu utiliser des tamis pour les récupérer.

"De loin, les cailloux et les galets ont l'air normaux mais lorsqu'on s'approche il y a énormément de petits bouts de plastiques et les tortues peuvent facilement penser que c'est de la nourriture", a observé Tommy, un bénévole âgé de 14 ans.

Depuis le début de l'année, sept tortues de mer mortes --des tortues vertes-- ont déjà été retrouvées échouées à Hong Kong mais les écologistes pensent que beaucoup d'autres ont simplement coulé.

Les défenseurs de l'environnement réclament au gouvernement l'extension des zones de restriction d'accès autour de Sham Wan afin qu'outre la plage elles concernent également les rochers et les eaux de la baie.

Vos commentaires