En ce moment
 
 

Irak: rencontre entre dirigeants et force paramilitaire sur une attaque de drone

Irak: rencontre entre dirigeants et force paramilitaire sur une attaque de drone
Photo distribuée par les forces irakiennes du Hachd al-Chaabi montrant les funérailles d'un de leurs membres, tué dans une attaque au drone attribuée à Israël, le 26 août 2019 près de Bagdad-

Le président et le Premier ministre irakiens se sont entretenus lundi avec des dirigeants d'une puissante force paramilitaire, qui a accusé Israël d'être derrière une attaque de drone ayant tué un de ses combattants, faisant craindre une escalade.

La tension s'est aussi accrue dans la région après une attaque de drone dimanche sur le fief du Hezbollah, mouvement chiite libanais, à Beyrouth, imputée à Israël par le Liban. A cette attaque s'ajoutent des frappes revendiquées par l'Etat hébreu en Syrie.

L'armée irakienne a annoncé plus tôt dans la journée l'ouverture d'une enquête sur une "frappe" ayant tué dimanche un combattant du Hachd al-Chaabi dans l'ouest de l'Irak près de la frontière syrienne.

Le président irakien Barham Saleh s'est entretenu de l'instabilité de la situation avec le Premier ministre, le président du Parlement et des hauts gradés de la force paramilitaire du Hachd al-Chaabi, dont son chef, Faleh al-Fayyadh.

Un autre combattant a été grièvement blessé dans l'attaque, selon le Hachd al-Chaabi, qui a rapidement accusé Israël d'être derrière cette attaque "survenue avec une couverture aérienne d'avions américains".

- "Série d'attaques" -

"Dans le cadre d'une série d'attaques sionistes en Irak, les corbeaux israéliens malfaisants sont revenus (dimanche) pour cibler le Hachd al-Chaabi", avait indiqué dimanche un communiqué cette force paramilitaire.

Cette attaque est survenue un mois après une série d'explosions non revendiquées sur des bases de la force paramilitaire, d'abord imputées aux Etats-Unis par un de ses responsables, qui a ensuite été désavoué par son chef. Le Pentagone a nié toute implication dans ces explosions.

Lundi soir, le Hachd al-Chaabi a affirmé dans un communiqué avoir repéré un drone survolant l'une de ses bases dans la province de Ninive (nord). Des armes antiaériennes ont été activées et le drone a quitté la zone, selon le document.

"Ces attaques sont des actes flagrants d'hostilité qui ciblent l'Irak", a indiqué la présidence dans un communiqué, ajoutant que "la souveraineté de l'Irak (...) était une ligne rouge".

La présidence a aussi affirmé que le gouvernement ferait tout pour "trouver les agresseurs", sans toutefois menacer d'une réponse militaire.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmad Sahhaf, a lui indiqué à l'AFP que "s'il était prouvé qu'une entité étrangère était impliquée (...) la première étape serait de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU".

- "Réunion d'urgence" -

"Des centaines de personnes ont assisté au cortège funèbre ce (lundi) matin de Kazem Mohsen (...) tué par une attaque de drone israélienne à Al-Qaïm", a rapporté la force paramilitaire dans un communiqué.

Le député Ahmad al-Assadi, également porte-parole du "Fatah" --le bloc de Hachd al-Chaabi au Parlement-- a assisté aux funérailles du combattant, près de Bagdad.

"Nous travaillerons pour tenir dans les prochains jours une réunion d'urgence au Parlement", a-t-il déclaré dans une vidéo publiée par le Hachd al-Chaabi.

Le Fatah avait précédemment qualifié l'attaque de "déclaration de guerre à l'Irak".

Le Hachd al-Chaabi a aidé les forces gouvernementales irakiennes à vaincre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en 2017.

Ses forces opèrent officiellement au sein de l'armée irakienne mais les Etats-Unis et Israël craignent que certaines de ses unités soient une extension de leur ennemi commun: l'Iran.

L'alliance du Hachd al-Chaabi est constituée de groupes armés favorables à l'Iran et opposés à la présence des forces américaines, déployées en Irak dans le cadre de la coalition internationale sous commandement américain, qui a aussi contribué à la lutte contre l'EI.

Les récents incidents sur les bases du Hachd al-Chaabi ont fait craindre une possible confrontation indirecte entre l'Iran, les Etats-Unis et Israël sur le sol irakien.

Selon une source gouvernementale irakienne, les attaques contre le Hachd al-Chaabi mettent l'Irak dans une situation encore plus difficile, le pays étant déjà tiraillé entre son allié américain et son voisin iranien.

"Si nous restons calme, nous sommes perçus comme faibles. Si nous élevons la voix, certains éléments du Hachd interpréteront cela comme un feu vert pour entamer une guerre", a affirmé cette source.

Vos commentaires