En ce moment
 

Iran Air va recevoir 5 nouveaux avions ATR dimanche

Iran Air va recevoir 5 nouveaux avions ATR dimanche
La compagnie Iran Air indique qu'elle va prendre livraison dimanche de 5 nouveaux avions de la compagnie franco-italienne ATR avant de nouvelles sanctions américaines contre le paysPASCAL PAVANI

La compagnie aérienne Iran Air a annoncé samedi qu'elle allait recevoir dimanche la livraison de cinq nouveaux avions de la coentreprise ATR avant de nouvelles sanctions américaines contre le pays.

"Se fondant sur les accords existants, cinq nouveaux appareils (de transport régional) ATR seront livrés dimanche à 04H30 GMT à l'aéroport de Mehrabad", a précisé la compagnie publique iranienne dans un communiqué.

Cette annonce s'inscrit dans le cadre d'un accord signé en avril 2017 par Iran Air pour l'achat de 20 nouveaux avions. Huit ont déjà été livrés.

L'accord a été remis en cause par la décision américaine de se retirer de l'accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien, conclu entre Téhéran et les grandes puissances, et de réimposer des sanctions économiques à partir de mardi.

La première phase des nouvelles sanctions inclut des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des sanctions sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale en Iran.

La seconde phase, qui concerne notamment le secteur pétrolier et gazier et la banque centrale, sera appliquée le 5 novembre.

Téhéran affirme que cet isolement économique l'empêche, entre autres, de renouveler sa flotte d'avions vieillissante et met ainsi des vies en danger.

En février, la compagnie Aseman Airlines a été contrainte de laisser à terre sa flotte d'avions ATR après le crash de l'un d'eux dans les montagnes de Zagros, qui avait tué les 66 personnes à bord.

La semaine dernière, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, avait dit espérer obtenir l'autorisation des Etats-Unis pour la livraison à l'Iran de huit avions de transport régional ATR.

Ces appareils sont fabriqués par la coentreprise formée du constructeur européen Airbus et de l'italien Leonardo-Finmeccanica, mais un peu plus de 10% de leurs pièces sont conçues aux Etats-Unis, ce qui les soumet aux sanctions américaines.

Vos commentaires