En ce moment
 
 

Iran: le négociateur en chef pour le nucléaire démis de son poste ministériel

Iran: le négociateur en chef pour le nucléaire démis de son poste ministériel
 
 

(Belga) L'Iran a démis de son poste de vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, également négociateur en chef pour son dossier nucléaire, a annoncé la diplomatie iranienne.

Devenu conseiller au ministère, M. Araghchi est remplacé en tant que vice-ministre par Ali Baghéri, un proche du nouveau président ultraconservateur Ebrahim Raïssi, a précisé mardi soir le ministère iranien des Affaires étrangères. Le ministère n'a pas précisé si M. Baghéri, ancien membre de l'équipe négociatrice connu pour son refus de toute concession aux Occidentaux, devenait également négociateur en chef pour les discussions sur le nucléaire. Des discussions ont commencé en avril à Vienne mais sont aujourd'hui au point mort entre l'Iran et les cinq puissances encore parties à l'accord international sur le nucléaire iranien pour tenter de permettre le retour dans ce pacte des Etats-Unis. Conclu en 2015, cet accord offre à Téhéran un allègement des sanctions occidentales et onusiennes en échange de son engagement à ne jamais se doter de l'arme atomique, et d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous strict contrôle de l'ONU. Téhéran a toutefois progressivement abandonné la plupart de ses engagements après le retrait unilatéral des Américains de l'accord en 2018. Le remaniement iranien intervient quelques jours après qu'un accord à été négocié entre l'Iran et l'Agence internationale de l'énergie atomique concernant la surveillance des installations iraniennes, réveillant l'espoir d'une reprise imminente des pourparlers dans la capitale autrichienne. Considéré comme un proche du guide suprême iranien Ali Khamenei, M. Baghéri, 53 ans, avait été désigné en 2019 adjoint aux affaires internationales de l'Autorité judiciaire par Ebrahim Raïssi, devenu en août président.  M. Raïssi a succédé au modéré Hassan Rohani, artisan de l'accord international qui avait permis de mettre fin à douze années de crise autour de la question nucléaire iranienne. M. Baghéri a reproché à plusieurs reprises à M. Rohani d'avoir accepté des restrictions sur le programme nucléaire du pays et d'avoir permis aux "étrangers" d'accéder aux sites iraniens. (Belga)


 




 

Vos commentaires