Isolé par ses voisins du Golfe, le Qatar se tourne vers Oman

(Belga) Oman et le Qatar ont signé dimanche un mémorandum pour le développement des investissements et du commerce bilatéraux, alors que Doha est boycotté depuis plusieurs mois par ses voisins du Golfe, dont les sanctions affectent largement l'économie du petit pays gazier.

Selon l'agence omanaise Ona, le document signé à Mascate porte sur un éventail de secteurs de coopération dont la production et les exportations de produits alimentaires du sultanat vers le Qatar. Le ministre omanais de l'Agriculture Fouad al-Sajwani, cité par Ona, a affirmé que la conclusion d'un tel accord se situait dans le cadre des "relations solides" entre les deux pays tandis que le ministre des Municipalités et chef de la délégation qatarie à cette réunion, Mohamed ben Abdallah al-Roumaihi a salué "les relations stratégiques", liant Oman au Qatar. Le 5 juin 2017, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Yémen et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Il lui est reproché de soutenir des groupes islamistes radicaux -ce que Doha récuse- et de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran. Cette rupture s'est accompagnée de mesures économiques comme la fermeture des liaisons aériennes et maritimes avec le Qatar et de la seule frontière terrestre de l'émirat, ainsi que des interdictions de survol et des restrictions aux déplacements des personnes. Le Qatar a déclaré le 10 janvier que l'embargo décrété contre lui équivalait à une "guerre économique" et qu'il chercherait à obtenir réparation. Le sultanat d'Oman, membre du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui regroupe aussi l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Koweït et le Qatar, fait traditionnellement preuve de neutralité dans les affaires régionales. Pour briser son isolement, le Qatar a inauguré en septembre Port Hamad, une plateforme majeure pour les importations du pays. Doha s'est également tourné vers l'Iran et la Turquie, notamment pour importer des produits alimentaires. (Belga)

Vos commentaires