En ce moment
 

Israël: le cimetière d'un monastère chrétien vandalisé

Israël: le cimetière d'un monastère chrétien vandalisé
Le père Antonio Scodo, responsable de l'église du monastère salésien de Beit Jamal dans le centre d'Israël, se tient le 18 octobre 2018 devant les croix renversées du cimetière de ce monastère, situéMENAHEM KAHANA
ISRAEL

Le cimetière d'un monastère catholique dans le centre d'Israël a été vandalisé pour la deuxième fois en trois ans, ont indiqué jeudi la police israélienne et un responsable du site.

Les croix érigées sur la vingtaine de tombes du cimetière du monastère de Beit Jamal ont toutes été systématiquement renversées, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Nous avons été informés hier (mercredi) par les sœurs que notre cimetière avait été profané", a déclaré à l'AFP le père Antonio Scudu, responsable de l'église. "Les faits remontent sûrement à plus longtemps".

Le monastère de Beit Jamal appartient à la congrégation des Salésiens et est situé non loin de Beit Shemesh, ville à forte proportion de juifs ultra-orthodoxes.

C'est la troisième fois que le cimetière est vandalisé, a dit Antonio Scudu, après des précédents en 1981 et 2015.

Un conseiller de l'Eglise catholique en Terre sainte, Wadi Abounassar, a indiqué que l'église du monastère avait en outre été visée l'an dernier.

Une enquête est en cours pour retrouver les auteurs mais la police n'a pour le moment aucun suspect, a dit à l'AFP un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld sans se prononcer sur la motivation possible de ces agissements.

Les services de police israéliens "n'ont jamais conduit quiconque devant le juge pour ces actes, et nous nous demandons si cela sera encore le cas cette fois", a-écrit Wadi Abounassar dans un communiqué.

"Nous faisons l'objet de beaucoup de haine alors que nous sommes ici depuis plus de 100 ans et que nous accueillons tout le monde ici", a de son côté affirmé le père Antonio Scudu.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a dénoncé un "acte méprisable".

"Nous condamnons vigoureusement et sans la moindre équivoque cet acte de haine", a-t-il tweeté, "Israël a pris l'engagement de combattre toute forme de haine et d'intolérance contre toutes les religions".

Des lieux chrétiens ont cependant été attaqués par le passé. Le sanctuaire de Tabgha, haut lieu du christianisme en Israël construit sur le site présumé où le Christ aurait accompli le miracle de la multiplication des pains, a été visé en 2014 et 2015.

Un Israélien de 23 ans vivant dans une colonie de Cisjordanie occupée avait été condamné en 2017 à quatre ans de prison pour les faits de 2015.

Vos commentaires