En ce moment
 
 

Israël: le général rival de Netanyahu aux élections bondit dans les sondages

Israël: le général rival de Netanyahu aux élections bondit dans les sondages
Le général à la retraite Benny Gatnz (D) et son allié électoral, l'ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon (G), le 29 janvier 2019 à Tel-AvivJack GUEZ
ISRAEL

Le parti de l'ex-chef d'état-major israélien Benny Gantz a fait un bond dans les intentions de vote, confirmant le fait qu'il est le plus sérieux concurrent du Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu, selon des sondages publiés après le lancement de sa campagne.

Cependant, au vu des intentions de vote pour les différents partis en lice, M. Netanyahu, au pouvoir depuis près de dix années consécutives, continue de paraître le mieux placé pour former une coalition gouvernementale après les législatives anticipées du 9 avril.

"Résilience pour Israël", le parti créé en décembre seulement par Benny Gantz, pourrait remporter entre 21 et 24 des 120 sièges du Parlement, disent des enquêtes d'opinion pour trois chaînes de télévision publiées mercredi soir. M. Gantz était crédité de 12 ou 15 mandats par des sondages antérieurs au lancement de sa campagne mardi soir.

Le Likoud, parti de droite de M. Netanyahu, demeure en tête avec 30 ou 31 sièges (30 dans le Parlement actuel).

Les sondages montrent aussi que M. Gantz se rapproche, voire fait jeu égal pour l'un d'eux avec M. Netanyahu comme le candidat le mieux à même de diriger le gouvernement aux yeux des Israéliens.

Les Israéliens élisent le 9 avril leurs députés, et non pas leur Premier ministre. Il appartient au président de choisir, en fonction des résultats, qui il charge de former une coalition gouvernementale.

Au-delà de la dynamique attendue provoquée par le lancement de campagne de M. Gantz, les sondages corroborent que "Résilience pour Israël", classée à droite du centre, aura en l'état actuel la tâche bien plus ardue que le Likoud pour constituer une majorité parlementaire.

L'une des grandes inconnues de la campagne concerne l'impact que pourrait avoir sur l'électorat de droite l'annonce par le procureur général de son intention d'entendre M. Netanyahu préalablement à son inculpation dans plusieurs affaires de corruption présumée. Une telle annonce pourrait intervenir en février, estime la presse.

Vos commentaires