En ce moment
 
 

Israël libère une députée palestinienne après 20 mois de détention

Israël libère une députée palestinienne après 20 mois de détention
Palestinian lawmaker Khalida Jarrar hugs a supporter shortly after her release from Israeli detention, where she was held for 20 months without trialJAAFAR ASHTIYEH
ISRAEL

Israël a relâché jeudi une députée palestinienne restée 20 mois en détention administrative pour des liens avec un mouvement armé, a indiqué le service pénitentiaire israélien.

Khalida Jarrar, 56 ans, avait été arrêtée le 2 juillet 2017 pour des activités au sein du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un mouvement considéré comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Les accusations exactes portées à son encontre sont confidentielles, comme c'est généralement le cas avec les ordres israéliens de détention administrative, qui autorisent la détention sans procès pour des périodes pouvant aller jusqu'à six mois renouvelables.

Membre du Parlement palestinien élu en 2007, Mme Jarrar s'était vu infliger en juillet 2017 une peine de six mois de détention administrative prolongée ensuite à plusieurs reprises.

"Les services de sécurité ont estimé qu'elle posait encore une menace substantielle", avait indiqué à l'issue d'une de ces prolongations l'armée israélienne.

De nombreux dirigeants du FPLP sont en détention et Mme Jarrar, l'une des figures les plus en vue de ce mouvement, a elle-même été emprisonnée plusieurs fois.

Elle avait été libérée en juin 2016 après avoir passé 14 mois dans une prison israélienne pour avoir, selon l'Etat hébreu, encouragé des attaques contre des Israéliens.

Israël défend la détention administrative comme un outil essentiel pour empêcher des individus présumés dangereux de nuire et de commettre des attentats, tout en gardant secrètes, pour "des raisons de sécurité", des informations sensibles retenues contre eux.

Les détracteurs de cette mesure accusent Israël d'y avoir trop souvent recours pour court-circuiter la justice ou éviter procès et procédures.

Des milliers de Palestiniens sont détenus dans des prisons israéliennes.

Vos commentaires