Israël réitère ses menaces contre les Palestiniens qui s'approchent de sa frontière

Israël réitère ses menaces contre les Palestiniens qui s'approchent de sa frontière
ISRAEL

(Belga) Le ministre israélien de la Défense a rappelé mardi que les Palestiniens de la bande de Gaza qui s'approcheraient de la frontière israélienne mettraient "leur vie en danger", selon un communiqué de son bureau.

Avigdor Lieberman a lancé cet avertissement lors d'une tournée d'inspection dans des localités du sud d'Israël près de la bande de Gaza quatre jours après des affrontements dans le secteur frontalier au cours desquels 17 Palestiniens ont été tués et des centaines d'autres blessés par balles. "Tous ceux qui s'approchent de la barrière (marquant la frontière) mettent leur vie en danger", a prévenu le ministre en mettant en garde les Palestiniens de la bande de Gaza contre "la poursuite des provocations". M. Lieberman a également réaffirmé que "la majorité des tués sont des terroristes que nous connaissions très bien, des activistes de la branche militaire du Hamas, du Djihad islamique. Ce n'étaient pas des citoyens innocents venus participer à une manifestation pacifique". Vendredi, des dizaines de milliers de Palestiniens ont afflué vers la barrière séparant Israël de Gaza, au premier jour de "la marche du retour". Cette protestation censée durer six semaines vise à réclamer "le droit au retour" de quelque 700.000 Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui lors de la guerre qui a suivi la création d'Israël en 1948. Cinq des 17 manifestants tués étaient des membres de la branche armée du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, selon ce mouvement. Parmi les prochaines périodes à hauts risques figurent les prochains vendredis après la prière musulmane et surtout la mi-mai avec le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. Cette décision, annoncée le 6 décembre par le président Donald Trump et qui coïncidera avec le 70e anniversaire de la création d'Israël, a ulcéré les Palestiniens. Ces derniers veulent en effet faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l'État auquel ils aspirent. Cette période est d'autant plus sujette à des troubles que le 15 mai marque aussi le début du jeûne du Ramadan et la commémoration de la "Nakba" (la "catastrophe" en arabe) qu'a représenté pour les Palestiniens la proclamation de l'État d'Israël en 1948. (Belga)

Vos commentaires