En ce moment
 

Italie: à quoi doit-on s’attendre avec le nouveau gouvernement antisystème?

Italie: à quoi doit-on s’attendre avec le nouveau gouvernement antisystème?

Le nom de Giuseppe Conte n'a pas encore été confirmé par le président Italien. La coalition rassemble l'extrême droite et le mouvement antisystème 5 étoiles. A quoi doit-on s'attendre avec ce nouveau gouvernement ? Reportage de Mathieu Langer, Simon Breem et Michel Herinckx.

Il a été approuvé par plus de 90% des militants des deux parties ce week-end. Le programme du gouvernement italien soulève trente points dont d’importantes dépenses, l’instauration universelle d’un revenu universel de 785 euros par mois où le renoncement de retarder l’âge de la retraite qu devrait coûter de 100 à 170 milliards d’euros à l’état. Mais comment payer toutes ces mesures alors que l’Italie compte déjà 2.300 milliards d’euros de dette ?

"Il n’y a pas de couverture pour les dépenses qui sont annoncées. Est-ce que ça va tenir longtemps ? Beaucoup pensent que ce sera quelques mois, en tout cas difficilement une législature de 5 ans", explique Christian Franck, spécialiste en études européennes.

L’état se dit fort et interventionniste. Il compte reprendre le contrôle d’Al Italia, le point commun des populistes qui veulent contrôler les banques, qualifiées d’eurosceptiques et antisystèmes. La Ligua et le mouvement 5 étoiles vont-ils sortir l’Italie hors de la zone euro ?

"Je pense que le terme europhobe est un peu fort", estime Christian Franck"Il y a certainement une euro-critique très vive dans de ce gouvernement surtout à l’égard de la discipline de l’union économique et monétaire", ajoute-t-il.  

"Après un récent sondage, 60% des Italiens souhaiteraient donner leur chance à ce programme. Il y a 60% des gens qui disent ‘enfin, il faut qu’on arrive à un gouvernement’. Est-ce que ces 60% approuvent cette coalition, ça c’est tout à fait incertain", nuance Christian Franck.

Le ministère de l'intérieur pourrait être occupé par le xénophobe Matteo Salvini, chef de la Liga.

La perspective de ce gouvernement inquiète les marchés financiers. Hier, la bourse de Milan a chuté d’1,52 %.

 

Vos commentaires