En ce moment
 

Japon : crash d'un hélicoptère sur une ville, le co-pilote tué

Japon : crash d'un hélicoptère sur une ville, le co-pilote tué
Photo d'archives d'un hélicoptère AH64 des forces militaires japonaises (gauche), du même type que celui qui s'est écrasé lundi 5 janvier 2018 dans une ville du sud-ouest du JaponKAZUHIRO NOGI

Le co-pilote d'un hélicoptère militaire japonais a été tué et le pilote porté disparu, dans le crash de leur appareil lundi sur la ville de Kanzaki (sud-ouest), ne faisant pas de victimes parmi les habitants.

Le co-pilote de 26 ans a été d'abord été retrouvé inconscient, avant d'être déclaré mort, a annoncé un porte-parole du ministère de la Défense.

"Nous recherchons toujours le pilote de 43 ans", a-t-il ajouté, démentant les déclarations plus tôt du ministre de la Défense Itsunori Onodera qui avait affirmé que les deux membres d'équipage de l'hélicoptère de combat de type Apache AH-64 avaient été retrouvés "en état d'arrêt cardiaque et respiratoire".

Cette expression est régulièrement utilisée par les responsables officiels japonais avant qu'un médecin ne prononce un décès.

Citant des responsables des pompiers locaux, le quotidien Asahi Shimbun indique qu'une fillette de 11 ans qui se trouvait dans une maison touchée a été hospitalisée après avoir été blessée au genou.

La chaîne de télévision publique NHK montrait des images d'une colonne de fumée s'élevant au milieu de maisons de cette ville de l'île méridionale de Kyushu. Des pompiers équipés de tuyaux couraient dans les rues tandis que l'on pouvait voir des habitants évacués s'éloignant lentement du site.

Les pompiers de la ville ont précisé avoir envoyé 14 camions et trois ambulances sur les lieux.

"J'ai entendu quelque chose qui ressemblait à un grondement venant du sol", a déclaré à la chaîne publique NHK une femme habitant près du lieu de l'accident. "Je me suis précipitée et j'ai vu un feu et une fumée noire. Il est impossible qu'une chose pareille arrive dans un tel endroit".

En 2016, un avion des Forces d'Autodéfense - appellation de l'armée japonaise - avec six personnes à son bord avait disparu dans une zone montagneuse. Quatre corps avaient plus tard été retrouvés.

Vos commentaires