Japon: l'empereur toujours souffrant annule ses obligations pour le 2e jour

Japon: l'empereur toujours souffrant annule ses obligations pour le 2e jour
L'empereur Akihito du Japon, le 25 avril 2018 à TokyoToshifumi KITAMURA

L'empereur Akihito du Japon, âgé de 84 ans, a été contraint de suspendre ses obligations mardi, pour le deuxième jour de suite, en raison d'une anémie cérébrale, selon l'Agence de la Maison impériale.

Le souverain se sent encore un peu mal. Il "souffre d'un léger mal au ventre en plus de vertiges", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'institution.

"Il va se reposer aujourd'hui, et reporter ses fonctions officielles", a-t-il ajouté, sans préciser jusqu'à quand Akihito devrait rester au calme.

L'anémie cérébrale résulte d'un flux sanguin insuffisant vers le cerveau, provoquant étourdissements et nausées.

Akihito, 125e empereur du Japon, règne depuis janvier 1989. Il avait déjà eu de graves problèmes de circulation sanguine dans le passé et avait subi en février 2012 un pontage coronarien en raison du rétrécissement de deux artères. Il doit normalement quitter ses fonctions fin avril 2019, en vertu d'une loi spéciale qui l'autorise à abdiquer.

En août 2016, Akihito avait en effet prononcé une allocution exceptionnelle à la télévision, disant s'inquiéter des risques de ne pouvoir continuer longtemps de remplir "corps et âme" les obligations attenant à sa fonction de "symbole du peuple et de l'unité de la nation".

Cette déclaration avait été interprétée comme un souhait de laisser de son vivant le trône du Chrysanthème à son fils aîné, le prince Naruhito, 58 ans, ce que ne prévoit pas la législation sur la Maison impériale.

D'où l'élaboration d'une loi d'exception lui permettant d'abdiquer, un texte qui vaut pour lui, mais pas pour ses successeurs.

Vos commentaires