JO-2018: le rêve brisé de Hirscher, pas de médaille bleue

Marcel Hirscher a loupé son rendez-vous avec le slalom et l'histoire olympique et la France n'a gagné aucune médaille, jeudi pour la 13e journée des JO-2018, avant les épreuves du soir.

En marge, la journée a également été marquée par l'officialisation de la perte de la médaille de bronze de la Russie en curling mixte, après le dopage avéré d'Alexander Krushelnitsky au meldonium.

Reste à savoir si ce cas pèsera dans la décision que doit prendre samedi le Comité international olympique quant à la réintégration de la Russie dans le giron olympique.

Ivanka Trump, fille aînée du président américain Donald Trump, et un haut gradé de l'armée nord-coréenne - dont les présences ont été annoncées pour la cérémonie de clôture dimanche soir - verront-ils flotter le drapeau russe sur le stade olympique ?

A voir ! En attendant, il ne faisait pas bon être favori jeudi aux JO-2018 ! Il ne faisait pas bon être Français non plus, lors de ce slalom messieurs: 4e, 5e, et 6e, ce sont respectivement les places de Clément Noël, Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet.

Un solide tir groupé qui ne rapporte rien, sauf des regrets. Les écarts avec le podium sont encore plus cruels pour les Tricolores, à 4, 6 et 9 centièmes de la boîte...

En attendant les épreuves du soir, combiné nordique par équipes et relais dames de biathlon, le compteur français reste donc bloqué à 14 médailles.

Une première faute, puis une deuxième, fatale, dès la première manche: Marcel Hirscher s'est loupé dans les grandes largeurs.

"J'ai vraiment très mal skié. Cela peut aussi arriver, ça fait partie du jeu, du sport. Certains jours on gagne, et d'autres on n'est pas à la hauteur."

L'Autrichien n'a pas cherché à se cacher après ce terrible échec qui l'empêche de rejoindre dans l'histoire son compatriote Toni Sailer (1956) et le Français Jean-Claude Killy (1968), les deux seuls skieurs alpins trois fois dorés lors d'une même édition des JO.

Le favori en second, le Norvégien Henrik Kristoffersen a lui aussi échoué, à la faute dans la 2e manche alors qu'il avait dominé la première.

Voici donc le Suédois Andre Myhrer nouvel élu du slalom, et plus vieux champion olympique de la discipline, à 35 ans et 42 jours.

De quoi donner des idées à Hirscher, jamais sacré en slalom olympique, qui aura 29 ans le 2 mars mais a régulièrement laissé entendre qu'il ne continuerait pas jusqu'à Pékin-2022 ?

"J'ai besoin d'une médaille d'or en slalom. Non, je rigole. On verra ça dans quatre ans", a lâché l'Autrichien.

- Gisin vole le show -

Le combiné dames a enfin permis de voir courir l'une contre l'autre aux JO les deux stars américaines Lindsey Vonn, 33 ans, et sa successeur désignée Mikaela Shiffrin, 22 ans.

La première et unique représentation offerte !

A mi-parcours, après la descente, c'est logiquement la reine de la vitesse Vonn qui pointait en tête, avec Shiffrin reléguée à 1 sec 98/100e en 6e position.

Mais Shiffrin, bien meilleure dans les épreuves techniques, a retourné la situation dans le slalom... avant d'être devancée par la Suissesse Michelle Gisin, pour 97 centièmes.

Ne restait plus alors à Vonn qu'à espérer un slalom solide. Mais la superstar est sortie rapidement, laissant ainsi Gisin dominer Shiffrin et une autre Suissesse, Wendy Hoeldener, en bronze. Fin du show !

Heureusement pour les Etats-Unis, les hockeyeuses ont mis un terme au règne des Canadiennes, au bout du suspense, 3-2 aux tirs au but.

Depuis l'apparition du hockey féminin aux JO, les Américaines avaient remporté le premier tournoi, à Nagano en 1998, mais le Canada avait raflé les quatre titres suivants, remportant au passage 24 matches consécutifs aux Jeux.

- Rolland cabossé -

Le premier titre de la journée a été décerné à l'Autrichienne Anna Gasser, devenue du même coup la première championne olympique de big air, discipline qui faisait son entrée aux JO.

En ski halfpipe messieurs, la marche était trop haute pour des Français cabossés.

Arrivés aux Jeux à peine remis de blessures, Kevin Rolland et Thomas Krief ont chuté lors de la finale pour la terminer loin du podium, déçus et très marqués physiquement.

"J'ai encore plus mal au moral qu'au physique même s'il n'y a plus une seule partie de mon corps où je n'ai pas mal", a expliqué Rolland, qui avait décroché le bronze il y a quatre ans à Sotchi.

L'épreuve a été dominée dans l'ordre par l'Américain David Wise, champion olympique en titre, son compatriote Alex Ferreira et l'adolescent néo-zélandais Nico Porteous (16 ans et trois mois).

Vos commentaires