En ce moment
 
 

Jordanie: le roi décrète une amnistie, réfute les accusations de corruption

Le roi Abdallah II de Jordanie a décrété mercredi une amnistie générale à l'occasion du 65ème anniversaire de l'indépendance du royaume et dénoncé les "fausses accusations" de corruption qui ont touché sa famille. Dans une lettre adressée au Premier ministre, le souverain a demandé au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour appliquer cette amnistie générale, la première depuis mars 1999, prise alors 40 jours après son accession au trône. Une source sécuritaire a affirmé à l'AFP que l'aministie touchera 6.000 prisonniers. Seront exclus notamment les cas de terrorisme, espionnage, trafic de drogue, crimes prémédités, et corruption. Après avoir violemment dénoncé "ceux qui prennent pour excuse la dénonciation de la corruption pour porter atteinte à la réputation des gens", il a sommé le gouvernement de "protéger les victimes innocentes de diffamation et de haine, y compris même des membres de ma famille malgré leur représentativité symbolique, nationale et noble". La famille de la reine Rania de Jordanie a été depuis février la cible d'accusations de corruption, notamment celle d'avoir enregistré des terrains. Ces accusations ont été démenties par le palais royal. "Tout ce que nous avons entendu est absolument ridicule et très triste (...) Je crois que nous sommes dans une atmosphère où quiconque qui cherche à déstabiliser la Jordanie et à me porter atteinte cherche un maillon plus faible. S'attaquer à Rania a été très, très triste pour nous tous; que les gens descendent à ce niveau là", a-t-il dit dimanche dans une interview accordée à ABC. (DGO)

Vos commentaires