Journée "ville morte" à Conakry: un manifestant tué

Journée

(Belga) Un jeune homme a été tué et d'autres personnes blessées à la fin d'une journée "ville morte" organisée lundi à Conakry par l'opposition guinéenne, qui a accusé la gendarmerie d'être responsable de ces violences.

Trois semaines après des élections locales dont les résultats sont contestés et après deux semaines de grève des enseignants, le climat social s'est encore alourdi lundi avec un appel à la grève générale lancée par le puissant syndicat UGTG. "La ville était vraiment morte. Aucune activité économique. Aucun marché n'a ouvert. Aucune boutique. Aucun taxi n'a roulé. Tout le monde a observé le mot d'ordre", a déclaré dans la soirée le chef du principal parti de l'opposition, l'UFDG, l'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo. Alors que la journée touchait à sa fin, "les gendarmes sont rentrés dans les quartiers, ils ont renversé les marmites, agressé des citoyens et, malheureusement, tué encore un jeune étudiant", a ajouté M. Diallo, qui a réclamé les "vrais" résultats des élections locales du 4 février. Selon une source hospitalière interrogée par l'AFP, la victime, "Boubacar Sidy Diallo, âgé de 32 ans, a été tué par balle à Conakry et d'autres ont été blessés, dont deux étaient toujours aux soins intensifs". Dès le début de la journée, des milliers de jeunes avaient érigé des barricades et brûlé des pneus dans les rues de Conakry à l'appel de l'UFDG, arrivé en deuxième position derrière le RPG, la formation du président Alpha Condé, lors d'un scrutin suivi par des violences post-électorales qui ont fait une dizaine de morts. (Belga)

Vos commentaires