En ce moment
 
 

Kabila réunit ses partisans trois jours après une visite chez Tshisekedi

Kabila réunit ses partisans trois jours après une visite chez Tshisekedi

(Belga) L'ancien président de la République démocratique du Congo Joseph Kabila a invité ses cadres mercredi dans sa ferme de la périphérie de Kinshasa, trois jours après avoir rencontré son successeur Félix Tshisekedi, sur fond de spéculation autour d'une coalition gouvernementale.

"Le Raïs Joseph Kabila, patron du Front commun pour le Congo (FCC), entame des discussions avec sa majorité ce mercredi à Kingakati. Ces discussions avec les présidents des regroupements politiques du FCC prendront deux jours", selon un message adressé aux membres du FCC, parvenu à l'AFP. Plusieurs partisans de M. Kabila ont confirmé à l'AFP le déplacement à sa ferme de Kingakati. L'ancien et l'actuel président se sont rencontrés dimanche pour la première fois depuis l'investiture de M. Tshisekedi le 24 janvier. Des sources proches des deux personnalités ont confirmé à l'AFP que MM. Kabila et Tshisekedi avaient abordé la question de "la mise en place d'une coalition" politique en vue de la formation du gouvernement qui permettrait de gérer "ensemble" le pays. Samedi, les partisans de Joseph Kabila avaient proposé au nouveau chef de l'État "un partenariat responsable" pour la gestion du pays. Les pro-Kabila ont obtenu 337 des 485 sièges aux législatives du 30 décembre. L'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti historique d'opposition du président Tshisekedi, ne compte que 32 députés dans la future Assemblée nationale. Jusque-là, le président n'a pas désigné de Premier ministre, en vue de la formation du prochain gouvernement. La RDC a connu sa première passation pacifique du pouvoir depuis son indépendance le 30 juin 1960 avec la proclamation de Félix Tshisekedi comme vainqueur de la présidentielle, succédant à Joseph Kabila, au pouvoir pendant 18 ans. Cette première passation est contestée par l'autre candidat de l'opposition Martin Fayulu qui revendique la victoire et dénonce des résultats "fabriqués" par la Commission électorale. (Belga)

Vos commentaires