En ce moment
 

Kirill rencontre Bartholomée pour parler des orthodoxes d'Ukraine

Kirill rencontre Bartholomée pour parler des orthodoxes d'Ukraine
Le patriarche de Constantinople Bartholomée 1er (droite) et celui de Moscou Kirill (centre) se sont rencontrés le 31 août 2018 à IstanbulOZAN KOSE
Russie

Le patriarche de Constantinople Bartholomée 1er et celui de Moscou Kirill se sont rencontrés vendredi à Istanbul pour parler d'une question épineuse : l'avenir du patriarcat autoproclamé de Kiev en quête de reconnaissance.

"La question principale a été la situation en Ukraine", a indiqué à l'AFP le métropolite orthodoxe grec de France, Monseigneur Emmanuel, présent lors de cette réunion.

La rencontre, la première entre les deux responsables religieux depuis 2016, s'est déroulée au siège du patriarcat oecuménique de Constantinople et a duré plus de deux heures.

Ces discussions surviennent à un moment charnière pour les orthodoxes d'Ukraine qui sont divisés entre une grande partie qui appartient à l'Eglise rattachée au patriarcat de Moscou et une autre partie qui est fidèle au patriarcat de Kiev.

Ce dernier s'est autoproclamé comme tel après l'indépendance du pays en 1992, et n'est reconnu aujourd'hui par aucune Eglise orthodoxe dans le monde.

Au printemps, il a fait appel au patriarcat oecuménique de Constantinople pour obtenir cette reconnaissance à laquelle Moscou s'oppose. Signe des ramifications politiques de cette question, les députés ukrainiens avaient appuyé cette requête.

Il appartient désormais au patriarche Bartholomée de Constantinople, "premier parmi ses égaux" par rapport aux autres patriarches des Eglises orthodoxes, de statuer sur l'avenir religieux de l'Ukraine.

Cette question s'inscrit dans un contexte diplomatique très tendu entre la Russie et l'Ukraine depuis l'arrivée au pouvoir à l'hiver 2014 de pro-occidentaux à Kiev, suivie de l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie et un conflit avec des séparatistes prorusses dans l'est du pays qui a fait plus de 10.000 morts.

Ces événements ont exacerbé les tensions entre les deux branches de l'Orthodoxie en Ukraine et poussé de nombreux Ukrainiens à se détourner du patriarcat de Moscou.

Vos commentaires