L'Angleterre peut gagner le Mondial de rugby, selon l'ex-capitaine australien

L'Angleterre peut gagner le Mondial de rugby, selon l'ex-capitaine australien
L'ancien capitaine des Wallabies, George Gregan, en conférence de presse à Colombo, au Sri Lanka, le 29 avril 2016ISHARA S.KODIKARA

L'Angleterre est tout à fait capable de gagner la prochaine Coupe du monde de rugby au Japon (20 septembre-2 novembre 2019), qui s'annonce très ouverte, a estimé mercredi l'ancien capitaine des Wallabies George Gregan.

Gregan, le joueur le plus capé de l'Australie avec ses 139 sélections, a également incité les Wallabies à sortir de leur récent marasme, mais pense que son ancien entraîneur Eddie Jones, actuel coach du XV de la Rose aux méthodes parfois controversées, peut représenter un avantage décisif pour l'Angleterre face notamment à la Nouvelle-Zélande.

"J'aime bien ce que fait l'Angleterre", a déclaré l'ancien champion du monde 1999 à l'AFP. "Ils peuvent être dangereux car ils sont capables de marquer beaucoup de points."

"Eddie est à l'apogée de sa carrière d'entraîneur. Il sera méticuleux et très clair sur ce sur quoi ils doivent travailler. Il peut être dur, mais il sait ce qu'il veut et il obtient des résultats", a souligné l'ancien rugbyman.

Jones a parfois fait l'objet de critiques à propos de ses méthodes d'entraînement, jugées trop intenses et qui auraient conduit à des blessures chez certains joueurs. Le troisième ligne aile Sam Jones avait ainsi été contraint de prendre sa retraite prématurément à 26 ans à la suite d'une blessure à la cheville contractée lors d'une séance d'entraînement avec le XV anglais.

Mais pour Gregan, Eddie Jones représente aussi une "véritable figure paternelle", même si "on entend assez peu parler du fait qu'il se préoccupe réellement de ses joueurs".

Concernant l'Australie, qui n'a remporté que 4 de ses 13 test-matches l'an dernier, l'ancien capitaine reconnaît que "l'année dernière a été une très mauvaise année, avec beaucoup de hauts et de bas".

"Mais les Wallabies sont capables de battre n'importe qui dans le monde", assure Gregan.

"La Nouvelle-Zélande peut être battue. (...) C'est une Coupe du monde qui s'annonce au final très ouverte", a-t-il encore estimé.

Vos commentaires