En ce moment
 
 

L'armée appelle à "accélérer" l'organisation de la présidentielle

L'armée appelle à

(Belga) Les préparatifs de la présidentielle devant élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika doivent "s'accélérer" et commencer "dans les semaines à venir", a estimé lundi le chef d'état-major de l'armée face au refus toujours opposé par le mouvement de contestation.

Véritable homme fort du pays depuis la démission le 2 avril de M. Bouteflika, le général Ahmed Gaïd Salah, a à nouveau écarté toute "phase de transition" réclamée par le "Hirak", le mouvement né le 22 février et qui réclame désormais lors de manifestations hebdomadaires le démantèlement des institutions et le départ du pouvoir des anciens fidèles du président déchu. Après l'annulation, faute de candidats, de la présidentielle prévue le 4 juillet, le président par intérim Abdelkader Bensalah, dont le mandat a expiré peu après, a mis sur pied une "Instance nationale de dialogue", chargée de mener des consultations sur les modalités du futur scrutin, devant garantir qu'il soit libre et équitable. Mais cette Instance, sévèrement critiquée depuis sa création, peine à asseoir sa légitimité auprès du Hirak qui considère que cette élection n'a pour seul objectif que le maintien du "système" au pouvoir, accusé de fraudes répétées sous la présidence Bouteflika (1999-2019). "La logique impose que la préparation de ces élections" présidentielles "commence dans les semaines à venir", a déclaré lundi le général Gaid Salah. A ce titre, il est "impératif d'accélérer le processus d'installation de l'Instance nationale indépendante" chargée de l'organisation et la surveillance de la présidentielle, a-t-il ajouté. (Belga)

Vos commentaires