En ce moment
 

L'Etat islamique n'est pas mort: le groupe terroriste s'est emparé d'un quartier de Damas, la capitale syrienne

L'Etat islamique n'est pas mort: le groupe terroriste s'est emparé d'un quartier de Damas, la capitale syrienne

Au moins 62 combattants prorégime ont été tués dans une opération du groupe Etat islamique (EI), qui a permis lundi aux djihadistes de prendre le contrôle d'un quartier de Damas, selon un nouveau bilan fourni mercredi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le groupe EI a été laminé en Syrie, mais il maintenait une présence dans la périphérie de Damas et s'est emparé lundi d'un quartier sud de la capitale, Qadam, après des combats avec les forces prorégime, selon l'Observatoire. Le quotidien prorégime al-Watan rapporte pour sa part que les djihadistes ont seulement pris le contrôle "de plusieurs bâtiments dans l'est du quartier", faisant état de morts dans les rangs de l'armée. "Le bilan des morts est monté à 62, l'écrasante majorité sont des combattants locaux prorégime", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH, qui se base sur un vaste réseau de sources à travers la Syrie en guerre.

Dans un premier temps, l'Observatoire avait fait état de 36 combattants tués, avant la découverte de nouveaux corps dans les rues de Qadam. Le coup d'éclat de l'EI à Qadam intervient après la récente évacuation de plusieurs centaines de combattants islamistes et djihadistes de ce secteur, à l'issue d'un accord permettant au régime de prendre le contrôle du quartier. La plupart des évacués ont rejoint la province d'Idleb, la seule à échapper entièrement au contrôle du régime dans le nord-ouest de la Syrie. "Des renforts du régime sont massés aux abords de Qadam, mais l'opération pour sa reconquête n'a pas encore été lancée", a souligné le directeur de l'OSDH.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de territoires en Syrie et en Irak, les djihadistes de l'EI ont été défaits par les forces de Bagdad, alors qu'ils sont acculés dans d'ultimes poches sur le territoire syrien. L'organisation ultraradicale contrôle moins de 5% du territoire syrien, selon l'OSDH, notamment des réduits désertiques dans le centre de la Syrie ou dans l'est. Le groupe se maintient dans le sud de Damas, notamment dans le camp palestinien de Yarmouk, le quartier de Hajar al-Aswad, ou encore celui de Tadamon. Des combattants ayant prêté allégeance à l'EI sont également présents dans la province de Deraa (sud). Plus de 350.000 personnes ont été tuées depuis 2011 dans le conflit en Syrie qui s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Vos commentaires