L'ex-vice-président de Colombie et ex-chef de la police nie avoir protégé El Chapo

(Belga) L'ex-vice-président de Colombie et ex-directeur de la police nationale, le général Oscar Naranjo, a nié mercredi avoir protégé en échange d'argent le trafiquant de drogue mexicain Joaquin Guzman, "El Chapo", jugé aux Etats-Unis.

L'officier en retraite a été accusé, par un témoin du parquet américain au procès d'El Chapo à New York, d'avoir reçu de l'argent sous forme de mensualités pour faire assurer la protection de la famille du chef du Cartel de Sinaloa. Ce témoin, Alexander Cifuentes, est le plus jeune fils d'une légendaire famille colombienne de narco-trafiquants qui a vécu avec El Chapo dans les montagnes de Sinaloa. "Franchement, là nous sommes face à un mensonge", a affirmé à Blu Radio le général Naranjo, vice-président de l'ancien chef de l'Etat colombien Juan Manuel Santos de 2017 à 2018, et conseiller à la sécurité de l'ex-président mexicain Enrique Peña Nieto de 2012 à 2014. Il a assuré que lorsqu'il dirigeait la police colombienne, de 2007 à 2012, il avait "rendu publiquement visibles" les relations du clan Cifuentes avec les narco-trafiquants et travaillé en collaboration avec des agences internationales afin d'obtenir des ordres d'extradition. "Pour être totalement catégorique, si j'avais protégé cette famille en échange d'argent, l'arrestation de Dolly Cifuentes, soeur de l'individu qui formule ce mensonge, n'aurait jamais eu lieu", a-t-il affirmé. Dolly Cifuentes, soeur d'Alexander, arrêtée en 2011, a été extradée l'année suivante aux Etats-Unis, accusée d'avoir des liens avec le Cartel de Sinaloa. Alexander Cifuentes a témoigné mercredi pour la troisième journée consécutive. La veille, il avait affirmé qu'El Chapo lui avait dit avoir payé pour 100 millions de dollars de pots-de-vin à M. Peña Nieto en échange de protection. Allié des autorités américaines dans la lutte contre le trafic de drogues, le général Naranjo a été conseiller à la sécurité du président mexicain pendant deux ans, jusqu'à ce qu'il intègre en 2014 la délégation gouvernementale colombienne qui a négocié l'accord de paix signé en 2016 avec l'ex-guérilla Farc. (Belga)

Vos commentaires