En ce moment
 

L'Irak mène de nouvelles frappes aériennes en Syrie

L'Irak mène de nouvelles frappes aériennes en Syrie
Capture d'image d'une vidéo montrant des frappes aériennes de l'armée irakienne visant un QG de dirigeants du groupe Etat islamique et un dépôt d'explosifs, le 25 mai 2018 à HajineHO
Syrie

L'Irak a frappé des positions du groupe État islamique (EI) en territoire syrien, la troisième opération de son aviation en un mois dans la Syrie voisine déchirée par la guerre, indique un communiqué du Commandement des opérations en Irak diffusé vendredi.

"Des avions F-16 irakiens ont mené (jeudi) matin des raids sur le QG de dirigeants du gang terroriste de l'EI et sur un dépôt d'explosifs où se trouvaient des terroristes dans la région de Hajine en territoire syrien",

Une vidéo accompagnant le texte montre une frappe sur un imposant bâtiment entouré de palmiers et d'un mur qui vole en éclats au même moment que la maison lors de la frappe aérienne.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plusieurs frappes ont été menées par les Irakiens ou la coalition internationale depuis jeudi sur le centre de Hajine, dernière grande localité encore aux mains de l'EI en Syrie.

Hajine est une localité de la province de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, à une cinquantaine de km de la frontière irakienne.

Au moins 65 hauts dirigeants de l'EI vivent à Hajine, a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

La localité est encerclée depuis fin 2017 par les Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington et Paris), et plusieurs centaines de prisonniers sont toujours retenus dans une prison de la ville contrôlée par les jihadistes, de même source.

Depuis avril, l'aviation irakienne a mené plusieurs frappes aériennes sur des zones en territoire syrien le long de la frontière commune entre les deux pays, dont de larges pans ont un temps été tenus par l'EI.

L'Irak, dont un tiers du territoire était passé sous contrôle jihadiste en 2014, a annoncé en décembre la "victoire" mais mène régulièrement des opérations le long de la frontière poreuse, désertique et de longue date terrain des contrebandiers.

Bagdad a même envoyé des officiers du renseignement en Syrie au cours d'une infiltration qui leur a permis de capturer cinq hauts dirigeants de l'EI.

Vos commentaires