En ce moment
 

L'ONU, à court d'argent, prépare des mesures d'économie

L'ONU, à court d'argent, prépare des mesures d'économie
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, le 09 juillet 2018 à Addis Abeba en Ethiopie Maheder HAILESELASSIE TADESE

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a averti jeudi que son organisation souffrait d'un manque de trésorerie, précisant dans un message à ses fonctionnaires préparer des mesures d'économie.

Ce manque est provoqué principalement par le fait que des Etats membres ne payent pas à temps ce qu'ils doivent, selon le patron de l'ONU, qui a réclamé à ces pays d'accélérer le versement de leur contribution au budget de l'ONU.

"Nos problèmes de trésorerie n'ont jamais été aussi précoces et la tendance générale est préoccupante: nous sommes à court d'argent et nous restons dans le rouge plus longtemps", a écrit Antonio Guterres dans son message diffusé sur le site web interne de l'ONU.

Les Nations unies comptent deux budgets: un de fonctionnement, adopté en décembre, d'un montant de 5,4 milliards de dollars sur deux ans; et un pour les opérations de paix, adopté en juin, de 6,7 milliards de dollars sur 12 mois.

Selon l'ONU, la pratique de payer en retard ses obligations financières, définies par des clés de répartition entre les 193 membres des Nations unies, est courante. Mais cette année, la difficulté financière intervient plus tôt que les années précédentes, a-t-on précisé de même source, sans identifier l'origine précise du problème.

112 pays étaient à jour de leurs contributions en juillet. La liste ne comprend pas les Etats-Unis, premier contributeur (22%) du budget de fonctionnement des Nations unies.

Le Japon, la Chine, l'Allemagne et la France --qui se situent derrière les Etats-Unis dans la liste des contributeurs aux Nations unies-- ont tous payé leurs contributions.

A la fin du mois de juin 2018, 1,5 milliard de dollars avaient été déboursés par les Etats membres, soit quelque 200 millions de moins qu'au même moment l'an dernier.

"Nous allons avoir besoin de prendre des mesures pour réduire les coûts, en ciblant d'abord ceux qui ne sont pas liés au paiement des salaires", a précisé Antonio Guterres.

Vos commentaires